16/11/2010

Les socialistes sont contents

fb murat 16 nov 2010.jpgtwiitter irminger 11 nov 2010.jpgPas de chronique en direct des travaux de la Constituante depuis 15 jours. je n'ai malheureusement pas le don d'ubiquité. Mais l'intérêt demeure. Je note que les gazouilleurs et les facebookiens sont eux aussi bien moins locaces. Le dernier tweet date du 11 novembre et le post sur Facebook d'il y a trois heures. [cliquer sur les vignettes pour les agrandir]

Cet après-midi deux communications se font l'écho des débats. Le post de Maurice Gardiol qui se fait le chantre de la subsidiarité, ce qui fut longtemps le principe maître des PDC toujours critiques à l'égard de la nationali- cantonalis- municipalisation. Bref le constituant socialiste défend une place notable pour les associations - y compris les associations religieuses, Monsieur le constituant?

 

Lire la suite

04/11/2010

Privé ou public: qui gère mieux les hôpitaux?

hug entée.jpgL'hôpital est un service public et un service public ne peut être géré par une entreprise privée. Pour la gauche, cette réponse est dogmatique, la droite défendant en principe la dogmatique inverse. Heureux les peuples dont les parlements peuvent en débattre.

On apprend ce soir, par un communiqué du parti socialiste, que "la majorité de droite de l'Assemblée constituante s'est à nouveau prononcée contre les services publics !"

Lire la suite

03/11/2010

Les constituants au chevet de la santé... et de la justice

santé stétoscope.jpgLe secrétariat de la Constituante a communiqué ce matin le programme de la session plénière de la Constituante de ce jeudi 4 novembre. "Sous réserve de changements, bien évidemment!" ajoute prudemment Fabienne Bouvier, secrétaire adjointe en charge de la communication, du système d'information et du Mémorial. Précision importante, car lors de sa dernière session consacrée au logement (lire le compte-rendu publié par la Tribune ci-dessous), les constituants ont encore une fois fait exploser les compteurs malgré les réductions de parole votées par la droite.

Les 80 élus vont donc attaquer les rapport 504: Santé, 505: Enseignement et recherche, 506: Justice, sécurité, situations d'urgence, et, si le temps le permet, le rapport 507 : Social et Politique de l'enfance.

Alors que le Conseil d'Etat tance le Palais de justice, dont la crédibilité s'effondre avec le procès BCGe - ce qui déclenche aussitôt les hauts cris des clercs de la République à la violation de la séparation des pouvoirs (ici et ), que dit donc la Constituante de l'administration de la justice?

Lire la suite

21/10/2010

David Hiler tente de calmer les fronts

hiler 21 oct 2010.pngIl est bientôt 16 heures. La présidente Perregaux interrompt l'âpre débat sur le logement pour donner la parole à David Hiler. Le silence se fait.

Le conseiller d'Etat vert rappelle en préambule la création en 1954 et 1958 du système des HLM et les déclassements très importants opérés alors pour faire face à une crise du logement très aiguë: "Plus de la moitié des Genevois vivent aujourd'hui sur ces parcelles anciennement agricoles. Nous sommes dans une situation à peu près voisine."

Lire la suite

Benedict Hentsch remercie Souhail Mouhanna: pour mieux le croquer?

Chantier signal.jpgLa Constituante aborde l'important débat sur le logement.

Une grosse vingtaine de thèses et pas mal d'amendements. Elles valent la peine d'être lues. Elles disent toute la tension qui règne à ce sujet dans le canton et sa région depuis une ou deux décennies. Elles disent aussi toute la difficulté de fabriquer une Constitution.

Qu'est-ce qui appartient aux principes généraux et qu'est ce qui devrait relever de la loi voire du règlement.

La lutte entre la gauche et la droite est frontale. En arrière plan le statut de la propriété foncière:  pour la droite, un dogme sacro-saint principe intouchable garanti par la Constitution fédérale; pour la gauche, un droit qui doit être soumis à l'intérêt général, aux droits sociaux, notamment "au droit d'être logé à des conditions décentes et appropriées" comme le défend le socialiste Alberto Velasco.

Y aura-t-il des centristes capables de réconcilier les fronts? On peut en douter. Les ténors et les forts en gueule sont nombreux aux deux bouts de l'échiquier politique et bien peu au centre. Cependant le radical Pierre Kunz, perçu comme un dur par la gauche, s'y essaie en déposant deux amendements*, dont il dit qu'elles vont concrétiser ce que d'aucuns appellent le droit au logement.

Des amendements, il y en a une grosse liasse. Le débat tourne, tourne et retourne sur le droit au logement, que la droite dénonce, car "il reste sans effet dans un canton où la législation donne tant de pouvoir aux opposants de tout poil" et que la gauche place en clé de voûte d'une politique d'opposition tenace face à la spéculation, à la construction de logements de luxe ou de surfaces de bureau plus lucratives que le logement bon  marché. SolidaritéS propose de nationaliser 50% des terrains construits et constructibles.

Lire la suite

La clope sera-t-elle bannie de la Constitution?

plenière 21 oct 2010.png14h. Christiane Perregaux lance neuf heures de débat. La coprésidence socialiste salue le ministres des Finances David Hiler qui, pour la deuxième fois, assiste aux travaux de la Constituante.

Seront abordées en principe ce 21 octobre en séance plénière et publique les thèses des rapports 503 Logement, 504 Santé, 505 Enseignement et recherche, 506 Justice, sécurité, situations d'urgence. La Constituante a pris pas mal de retard. Elle perd encore trois quarts d'heure à discuter pour savoir quand caser deux demi-journées de plus de débat. Ce sera le 30 novembre de 14h30 à point d'heure. Les temps de débats sont par ailleurs réduits à 15 minutes par groupe pour le logement et à 8 minutes pour les autres chapitres.

Un des sujets qui risque de susciter quelques volutes de fumée sera le maintien ou non de l'interdiction de la cigarette dans la Constitution. Mais, à voir l'état d'esprit qui règne, le débat et le vote n'auront sans doute pas lieu avant ce soir.

Lire la suite

20/10/2010

Lendemain d'hier: c'est pô juste!

constituante po juste.jpganniversaire-2-ans.jpgPauvre Constituante! Quand elle se chamaille et que la gauche sonne le tocsin et revisite le Cé qu'è lainô, elle fait les grands titres des journaux. Quand, à l'occasion de son deuxième anniversaire, sa commission 5 fait aux Genevois le cadeau d'un revenu parental, la news finit en courte, en pied de page, comme dans mon journal préféré. C'est pô juste!

Hier donc c'était le deuxième anniversaire de la naissance officielle de l'assemblée que les Genevois ont élu le 19 octobre 2008 pour réviser totalement les règles du jeu de la société genevoise.

Dans moins de deux ans, les Genevois - moins d'un habitants sur deux a le droit de vote dans le grand Genève - devront voter le projet révisé.

Lire la suite

18/10/2010

Mais pourquoi le parti radical est-il à contre-temps?

de mont Mollin Maurice.pngSanté, Enseignement et recherche, Justice, sécurité, situations d'urgence, Social et Politique de l'enfance, Vie sociale et participative tel est le menu encore copieux et sans doute lourd de quelques chausse-trapes politico-politiciennes que la Constituante doit encore avaler d'ici fin novembre. Elle reprend ses séances plénières et publiques ce jeudi après-midi. L'assemblée a déjà adopté un bon paquet de thèses, dont on trouvera le détail sur le site officiel de l'Assemblée www.ge.ch/constituante et que met en forme une commission de rédaction coîte et, paraît-il, très fière de son oeuvre.

En marge de ces séances, les partis organisent leurs propres réunions d'explications, de mise au point, de réflexion ou de thérapie de groupe, comme au PDC, où les deux Assises constitutionnelles organisées ont vu les délégués démo-chrétiens interpeller vigoureusement leurs élus à propos de leur ralliement, main sur la couture ou presque, à la droite élargie, dont la gouverne semble tenue par Ge-avance.

Lire la suite

08/10/2010

La Constituante rétablit l'égalité des sexes

twitter kasser alder oct 10.pngLa Constituante prend du retard. Elle n'a pas pu entamer comme l'espérait le coprésident Eggly le chapitre du logement et n'a plus qu'une séance en octobre, le 21. et trois, peut-être quatre en novembre.

Malgré quelques escarmouches - la gauche proposant d'inscrire dans la Constitution la traversée du lac en mouette, ce qui a réjouit l'UDC Pardo dont le parti a déposé un projet de loi pour créer un bac - la séance d'hier fut celle d'un certain apaisement si l'on en croit l'échange de gazouills sur Twitter entre Murat Alder et Louise Kasser.

Le radical poste sur le coup de 23 heures hier soir ce message: #CstGE FLASH : sous l'impulsion des Radicaux, la Constituante rétablit l'inscription explicite du principe d'égalité des sexes dans la Constitution et lui ajoute le droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale.

L'élue verte lui répond @ C'est un bon début! J'espère que vous continuerez sur cette lancée qd il s'agira de remettre ça dans les droits fond!

Lire la suite

07/10/2010

Souveraineté alimentaire, droit au travail, Banque cantonale

rapporteurs mouhanna saurer de montmollin velasco.jpgLa libérale Simone de Montmollin entame sa présentation des dix thèses votées par la commission 5 sur l'économie, l'agriculture, le travail et la Banque cantonale. La variété des sujets fait déjà craindre que le débat ira dans tous les sens.

Se sont assis à la table des rapporteurs Souhail Mouhanna de l'AVIVO qui aura lui aussi 10 minutes pour présenter sept thèses de minorité, le socialiste Alberto Velasco qui présentera deux thèses de minorité et le Verts Andreas Saurer une thèse. On trouvera le rapport 502 de la commission sur le site officiel de la Constituante ici.

Le débat devrait se nouer autour de la souveraineté alimentaire, du droit au travail que la Constituante a refusé d'inscrire dans le chapitre des droits fondamentaux et des conditions de travail notamment l'extension des conventions collectives, les contrats types porteur d'une clause de salaire minimal, le droit syndical.

Lire la suite

Mobilité: à pied, à vélo, en tram et (?) en voiture

vitraux.jpgAprès une demi-heure de thérapie de groupe (voir note précédente), les 80 élus ont repris leur travaux dans le calme, mais aussi dans une certaine indifférence. C'est l'heure de la digestion. Le soleil brille à travers les vitraux figurant les armoiries des cantons et réchauffent la salle des débats.

Jusqu'en novembre, la Constituante discute des tâches de l'Etat. L'Etat oui, mais pourquoi faire, telle est la question. Vaste chantier. La droite voudrait voir figurer dans le projet qui sera soumis au peuple en 2012 la traversée de la rade, ce qui lui vaut une volée de bois vert de la benjamine Louise Kasser: "un tel projet n'est pas de rang constitutionnel". Cette phrase, nous allons l'entendre souvent. La gauche elle voudrait ancrer le principe des quartiers durables.

En matière de mobilité, on se retrouve avec une droite qui refuse d'annuler le libre choix des moyens de transports introduit récemment dans la Charte fondamentale du canton. Tandis que la gauche veut à tout prix donner la priorité aux transports publics et n'en a cure de retenir un choix populaire qui ne lui plaît pas. Le débat idéologique se poursuit, mais, par rapport au nucléaire, les fronts sont inversés.

A 16h40, la Constituante vote pour le développement de quartiers durables malgré l'opposition de la droite. La deuxième thèse de minorité 501.82.a donnant la priorité aux transports publics et à la mobilité douce tout en veillant à la complémentarité des différents modes de transport est acceptée par 37 voix contre 35 non. En n'empêchant pas l'adoption de cette thèse, la droite a fait une concession à la gauche.

Le président du TCS fait garantir la liberté individuelle du choix du mode de transport. La droite garde un atout dans la manche. Michel Barde et le PDC Sayegh manquent de manière surprenante la traversée du Léman d'une voix.

Lire la suite

Le vert Perroux se moque de Longet, les jeunes socialistes dénoncent un assassinat, la droite convoque la presse à 10h

perroux lettre du 6 octobre.jpgN'en jetez plus la cour est pleine! Absente des médias durant de longs mois, la com de la constituante explose. Malheureusement pas en bien. Profitant de cet automne sans enjeux politiques, chacun y va de sa recette. Pour la première fois, la Tribune de Genève consacre sa page 3 à l'assemblée sous le titre: "La Constituante a quelques mois pour sauver sa peau". Voir la page *

Le président des socialistes propose de dissoudre la constituante, mais n'osera pas le faire. Dans sa lettre datée du 6 octobre, le constituant vert Olivier Perroux s'en gausse. Pas question de quitter le navire. Pourtant la tentation de jouer la chaise vide est grande chez certains. La question sera débattue demain par le comité des Associations dont les trois élus qui tirent la langue.

Plus potaches, les jeunes socialistes, alertés "de la forte radioactivité sur l'emplacement de la Salle du Grand Conseil, théâtre d'un crime à l'arme nucléaire", veulent "élucider les motifs et les coupables de cet incident tragique". On est heureux de savoir que cet assassinat n'est qu'un incident. Eux au moins ils bougent. Que pensent les jeunes libéraux radicaux de la Constituante? Le duo présidentiel Genecand Gaillard a-t-il divorcé?

Quant à la droite, restée coite ou presque jusqu'à présent, elle convoque la presse à 10h ce matin pour présenter « Deux articles constitutionnels pour sortir Genève de la pénurie de logements ». De quoi réparer la bourde du 23 mai qui a provoqué le retrait des constituants de gauche? Je doute cependant qu'elle ne déplace les foules. Quand donc va-t-elle se mettre à l'heure des médias audiovisuels?

Lire la suite

06/10/2010

Donne-nous notre pain chaque jour...

affamés mère et enfant noir.jpgLes pauvres, les affamés, dont le nombre a passé en 2010 sous la barre du milliard selon la FAO, doivent méditer cette phrase tous les jours.

En Occident, elle fait partie du patrimoine chrétien. Un patrimoine que Genève a décidé de laisser en déshérence, de refouler dans la sphère privée pour ne pas dire intime, depuis qu'il est devenu politiquement incorrect dans la cité de Calvin de mêler religion et politique.

Du pain quotidien - pour lequel les Genevois dépensent 8% de leur budget quand ils consacrent 12% à leur santé - il sera question ce jeudi à la Constituante, qui poursuit l'examen des thèses concoctées à l'abri des regards et donc des polémiques au sein de la commission 5.

Lire la suite

01/10/2010

Réactions en chaîne: la gauche profite de son avantage médiatique

Vanek_Pierre.jpgCe qui va tuer la Constituante, si ce n'est déjà fait, c'est moins l'attitude de vierge effarouchée qu'adopte la gauche chaque fois qu'un vote lui déplaît que l'incroyable incapacité de la droite à expliquer ses votes et sa stratégie.

On en avait déjà eu la démonstration lors de la session de mai sur l'égalié des sexes - remplacée par le principe plus large d'égalité des personnes - et la suppression, plus surprenante, du droit au logement dans la liste des droits fondamentaux.

Le biffage de l'interdiction de l'énergie nucléaire remplacé par le recours obligatoire au vote populaire pour tout projet de centrale ou de dépôt radioactif fait péter les plombs des élus conservateurs des droits acquis démocratiques et sociaux.

Pierre Vanek, du haut de la tribune du public, a lancé à l'issue du vote: "Vous pouvez arrêter vos travaux la Constitution est foutu!". Les élus de gauche vont-ils démisssionner et porter la responsabilité de l'explosion en vol de la Constituante? Sans doute pas!

Lire la suite

30/09/2010

Genève n'interdit plus l'énergie nucléaire

atomique.pngIl est 20h30, le débat sur l'interdiction de l'énergie nucléaire devrait se clore d'ici une heure ou deux au terme d'une cascade de votes qui n'auront pas grand chose à voir les uns avec les autres. Ainsi va la vie des constituants obligés d'avaler séance après séance les quelque 720 thèses sorties des travaux au sein de cinq commissions thématiques. Un inventaire à la Prévert. On trouvera les rapports et l'état des travaux sur le site internet de la Constituante.

C'est Nils de Dardel de Solidarités qui dénonce la thèse proposée par la commission 5. "Elle émascule tout simplement l'article constitutionnel 160 E actuel qui, plus qu'une interdiction du nucléaire, propose une politique énergétique complète".

On s'en convaincra en effet en relisant l'article 160 E, dont la commission 5 ne conserve que l'alinéa 5:  Les autorités cantonales s’opposent par tous les moyens juridiques et politiques à leur disposition à l’installation de centrales nucléaires, de dépôts de déchets radioactifs et d’usines de retraitement sur le territoire et au voisinage du canton. La tentative de l'AVIVO de réintroduire l'article 160 E échouera. En revanche, la droite parvient à annuler le vote de 1986, qui a vu le canton de Genève, effrayé par Creys-Malville et Techernobyl, voter pour l'interdiction de l'énergie nucléaire dans la Constitution.

Un long débat. A 21h40, le président de la commission 5 Benoît Genecand s'inquiète de leur durée. La planification des débats explose. A 21h53, le libéral Michel Hottelier dénonce le discours de l'AVIVO et de Solidarités sans les citer Sont en cause les attaques contre les prétendues "manoeuvres de démantèlement de 50 ans d'acquis démocratiques et sociaux" (Grobet), contre ceux  "qui sont en train de rédiger ce qui n'est plus qu'un torchon" (Mouhanna).

A presque 22h, la présidente passe au vote.

  • Genève renonce à l'interdiction du nucléaire dans sa constitution. Un amendement de Michel Barde (Ge-Avance) prévoit de soumettre à référendum obligatoire la construction des centrales et les dépôts de déchets radioactifs.
  • La Constituante a refusé de fixer des objectifs chiffrés en matière climatique et se contente de mettre en oeuvre la politique fédérale.
  • Elle déclare encore que la gestion de l'eau est un monopole public.

A la suite du vote sur le nucléaire, l'ancien conseiller national Pierre Vanek lance de la tribune du public: "Vous pouvez arrêter vos travaux la Constitution est foutu!"

Lire la suite

Prévert II: les antinucléaires manifestent, les photographes de presse mitraillent

Nissim Chaim anti nucléaire.jpgUne petite trentaine d'antinucléaires manifestent devant l'Hôtel de Ville. Cinq gendarmes anti-émeutes barrent l'entrée de la cour de l'Hôtel de Ville. "Nous sommes là pour défendre l'interdiction constitutionnelle du nucléaire à Genève, dit Chaim Nissim, qui prône "la réduction de la consommation de l'électricité de deux tiers, soit un retour au niveau de vie des années soixante."

Les photographes de presse mitraillent la minimanifestation. La rue fait toujours de plus belles images que les travées de la salle année 60 du Grand Conseil. Ayant rangé leurs calicots, les manifestants garnissent la tribune du parlement. Voir la vidéo ci-dessous de la manif. Anne Marie Reimann, artiste en calicot, y chante à pleine voix un Cé qu'e lainô de son cru.

L'interdiction de l'énergie nucléaire risque-t-elle d'être boutée hors de la Constitution genevoise?

Pas le moins du monde si l'on en juge au vote en commission. Par dix voix contre trois, la commission 5 présidée par l'élu patronal Benoît Genecand a voté cette thèse: "Les autorités cantonales s’opposent par tous les moyens juridiques et politiques à leur disposition à l’installation de centrales nucléaires, de dépôts de déchets radioactifs et d’usines de retraitement sur le territoire et au voisinage du canton." Une politique suivie déjà par Bâle Ville et le canton de Vaud qui soumet toute nouvelle centrale au vote populaire dit le rapporteur de la commission Jérôme Dufresne.

Mais le plénum a à plusieurs reprises déjà inverser les votes acquis dans le secret des délibérations de l'an dernier.

Lire la suite

La Constituante refuse le principe de précaution d'une voix et supprimme l'article sur les chiens dangereux

chien dangereux.jpgIl est 17h18, la présidente de la Constituante de Genève, Marguerite Contat-Hickel passe au vote sur les thèse 501.11 à 501.3, environnement, chasse et eau.

Surprise, l'ancien recteur de l'Université, le libéral Jacques Weber boute le principe de précaution hors de la constitution. Sa thèse a été accepté par 36 voix contre 35. Elle est ainsi libellée: Le canton et les communes prennent des mesures en regard du principe de prévention et d'imputation des coûts aux pollueurs tout en surveillant l'évolution de l'environnement.

La chasse reste interdite, mais l'UDC en donne la gestion au Conseil d'Etat qui pourrait donc davantage faire appel aux chasseurs pour réguler le gibier. Dans le même chapitre, l'AVIVO tente de réintroduire le long article sur les chiens dangereux (actuellement 178 C). En vain, la droite le refuse par 37 voix contre 13 et 20 abstentions (principalement à gauche).

A noter encore, un amemdement UDC socialiste déclare par 39 voix contre 30 Les rives du lac sont d'accès public. L'AVIVO fait ajouter:  les rives sont des biens du domaine public cantonale et sont protégées.

Lire la suite

Prévert I: environnement, chasse et eau

501.11a.jpgsavary jérôme.jpgLe rapporteur Jérôme Savary entame le marathon des deux cents thèses de la commission 5 par la première partie du rapport sectoriel 501 "environnement, chasse, eau". Les quinze membres de la commission 5 ont adopté par consensus la thèse: "Le canton et les communes protègent les êtres humains et leur environnement, luttent contre toutes les formes de pollution et veillent à ce que l’exploitation des ressources naturelles (eau, air, sol, forêt, biodiversité, paysage) soit compatible avec leur durabilité à long terme. Le canton définit et met en réseau les zones protégées."

Il s'agit d'un texte de synthèse qui ne dit pas les enjeux. Dans ce libellé, chaque mot et chaque concept comptent. Et il faut se souvenir qu'ils sont le produits d'une ppdm (plus petit dénominateur commun). On est déjà au coeur du débat qui sépare en gros la droite et la gauche, les tenants de la liberté d'entreprendre et les partisans de l'Etat surveillant et contrôleur général.

Suivent l'exposé des motifs des thèses relatives à la chasse, au principe de précaution et à l'eau. Ce dernier sujet donnera sans doute lieu à un débat de société.

Lire la suite

La droite n'aime pas une Constitution à la Prévert

genecand benoît ge-avance.jpgDix rapports, onze séances pour en débattre d'ici fin novembre, un véritable travail de bénédictin, un président félicité pour sa poigne - "il n'y a pas de dictateur éclairé", dira Marie-Thérèse Engelberts. Les bancs de la Constituante sont bien garnis.

Une journaliste du Courrier, un chroniqueur de la Tribune et votre serviteur à la tribune de la presse. Personne dans celle du public. Pourtant "tout cela pour satisfaire les besoins et attentes de la société, explique le constituant Alfred Manuel, pour qui il manque néanmoins quelques mots sur les soins palliatifs; la question de l'énergie n'est pas non plus complètement réglée". Le Vert Olivier Perroux cite la réponse d'un boucher charcutier répondant à une journaliste qui l'interrogeait sur la qualité du cervelas: "Madame on ne fait pas une bonne saucisse avec une mauvaise viande". Tout ça pour dénoncer les déclarations liminaires du radical Kunz et du patronal Barde qui refusent que la Constitution de Genève ne soit un inventaire à la Prévert. C'est pourtant ce que leur propose la commission 5. Les radicaux voteront une thèse chapeau que le groupe libéral présentera.

Va-t-on vers un remake de la séance du 23 mai qui a vu la gauche quitter la salle pour protester contre une thèse présentée par le MCG Dimier balayant le droit au logement et quelques autres droits fondamentaux?

Les critiques pleuvent drues sur la commission, pas seulement à droite, mais l'entrée en matière est votée sans opposition après 45 minutes de débat (l'ordre du jour prévoyait 48 minutes). Après de baroud d'honneur, la plénière tombe dans le même travers que la commission, elle s'attelle à l'examen par groupes des 200 thèses.

Lire la suite

Environnement, chasse, aménagement du territoire et mobilité au menu de l'après-midi

faisan_colchide_coq4.jpgplanning automne 2010.jpgCet après-midi dans la salle du Grand Conseil, la Constituante entame la première des dix séances qui scanneront les tâches assumées par l’Etat. Présidée par Benoît Genecand, élu sur les bancs de Ge-Avance, la commission 5 a présenté mercredi à la presse son rapport «Rôle et tâches de l’Etat, Finances». Le site officielle de la constituante livre le rapport ad hoc ici.

En vignette à droite, la planification des séances plénières jusqu'à fin novembre. [cliquez pour agrandir]

Lire la suite

29/09/2010

Bénédict Hentsch: "Nucléaire: pour des solutions responsables"

hentsch.jpgC’est bien connu, l’enfer est pavé de bonnes intentions et en ce qui concerne la politique énergétique, on retrouve celles-ci bien ancrées aux quatre coins du paradis politique.  Par exemple, qui est contre le développement durable? demande le constituant Bénédict Hentsch dans un papier publié le 29 septembre dans la page Opinion de la Tribune de Genève. Qui ne voudrait voir le monde se développer autour de lui sans que cela ne provoque des dommages à l’environnement naturel ou social? Personne!

Lire la suite

31/03/2010

627 signatures pour la durabilité

wwf_logo.jpgLe WWF a récolté 627 signatures - seulement - à l'appui d'une proposition collective qu'il adresse ce jour à la Constituante. Objectifs:

  1. lutter contre les changements climatiques
  2. maintenir et développer la biodiversité
  3. adapter notre style de vie au travers de quartiers durables

Le WWF a choisi le dernier jour du délai fixé par la Constituante pour remettre ses propositions. Rappelons que le développement durable a été le premier principe adopté par la noble assemblée et doit gouverner les travaux de toutes les commissions. On lira aussi à ce sujet le credo de Gilles Petitpierre.

Lire la suite

16:40 Publié dans 5 Tâches de l'Etat, finances, Associations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wwf | |  Facebook

14/03/2010

Ils ne chôment pas nos constituants!

DSC04462.JPGBernhard Christ a été un des cinq constituants à avoir présidé la constituante bâloise, dont les travaux se sont déroulés de 1999 à 2005. En trois volets et quelques pointes d'humour, l'avocat a retracé les grandes et petites histoires de l'assemblée, n'omettant pas de signaler les « pierres dans le chemin».

Un discours qui a rasséréné les constituants genevois, dont certains se demandent comment l'aventure va bien pouloir s'achever dans le temps imparti - les Genevois doivent voter avant octobre 2012, d'autres s'énervent de la maigreur des réformes que le processus va pouvoir proposer, d'autres de l'irréalisme des propositions dont bon nombre ne sont pas de rang constitutionnel.

Nous avons saisi au vol le discours du président bâlois, ainsi que les questions qui ont suivi.

Lire la suite

12/03/2010

La Constituante à Bâle

DSC04412.JPGEst-ce une course d’école ? Sans doute mais une course d'école studieuse. Les fonds de la République ne sont pas dilapidés par la Constituante.

Partie à 6h45, faute d’avoir pu réserver un wagon dans le le train de 7h14, une moitié des élus de la Constituante genevoise passe la journée à Bâle où le président maire Guy Morin, parfaitement bilingue et principalement vert, ne fait pas la pluie et le beau temps, mais occupe tout de même une place éminente dans la politique du demi-canton de Bâle-Ville, dont l’organisation politico-administrative fait office de modèle vu de Genève.

Le voyage s'est passée en discussions passionnées et en lecture des journaux. A l'arrivée Murat Alder, que l'on voit ci-contre en compagnie des constituants Gauthier, Tornare et Luscher (cliquer sur l'image pour l'agrandir), transportait un étrange paquet. Qui s'est révélé contenir des longeoles IGP Genève, destinées à l'apéritif qui sera offert  sur le coup de 18h par les Genevois.

Lire la suite

28/01/2010

Pan sur la Liaf!

DSC04136.JPG

Invitées par la Constituantes à Plan-les-Ouates pour discuter de leurs relations avec l'Etat, les associations du canton de Genève - quelque 120 militants surtout dans le domaine social, un peu moins dans les secteurs culturel, environnemental et sportif - ont dénoncé ce jeudi soir le caractère mercantile et monstrueusement bureaucratique de la loi sur les indemnités et les aides financières (LIAF) récemment mise en œuvre.

Ce code des subventions - Genève est l'un des derniers cantons à s'en doter - fait dépendre l'octroi des aides publiques de la signature d'un contrat de prestations. Une politique qui est perçue par nombre d'associations comme une violation de leur autonomie et un changement radical du modèle traditionnel de gestion fondé sur la confiance. Désormais il faut rendre des comptes à l'Etat payeur. Et ça passe mal.

Elles réclament que la Constitution leur octroi une véritable reconnaissance, des soutiens matériels transparents et permanents et instaure une structure de dialogue permanente - pourquoi pas un parlement des associations - leur assurant d'être entendues et d'être associées  à l'élaboration des politiques ou des infrastructures publiques.

NB: Le compte-rendu ci-dessous est brut de saisie en direct, merci de votre indulgence

Lire la suite