17/10/2007

Adoptons la méthode Sarkozy!

Cause communes, le mensuel des Socialistes de la Ville de Genève consacre son dossier d'octobre à une future Constitution pour Genève. "Une formidable occasion d'avancer" écrit tout sourire la députée fonctionnaire Véronique Pürro. Qui, hors enthousiasme, n'ouvre guère de pistes ni ne donne de sens à cet exercice qui devrait tenir en haleine les Genevois plusieurs années.

 

Pour le reste l'essentiel du dossier est centré sur l'avenir des communes. Le maire (pour un an) de Vernier souhaite plus d'autonomie et de responsabilités, tandis que son collègue d'Onex (maire aussi pour un an) rêve d'un chamboulement complet de la géographie communale. Qu'en pensent les deux socialistes de l'Exécutif de la Ville? Le débat sur ce point au moins est ouvert.

 

Quel contraste cependant avec notre grande voisine, dont le président veut imposer une réforme constitutionnelle en quelques mois, et, paradoxe, voir introduire dans la Constitution de la Ve République quelques cautèles pour tempérer le régime présidentiel qu'il inaugure tambour battant. La méthode est peut-être choquante, mais elle a l'insigne avantage de susciter un vif débat. D'autant que, pour le nourrir, l'idée de lancer une brochette d'experts et de politiciens en vue attise l'attention des médias et met le landerneau en position de débat.

 

Pourquoi Genève ne s'inspirerait-il pas de cette méthode républicaine? Sans attendre le lancement officiel de de la révision par le vote des Genevois le 24 février prochain. Une commission d'une quinzaine de personnes, présidée par Christian Grobet, par exemple, où l'on retrouverait Gilles Petitpierre, Michel Barde, Andreas Auer (professeur et co-initiateur d'une nouvelle constitution pour Genève), Robert Borrel (maire d'Annemasse) et quelques autres pointures permettrait de dégager les grands axes de la nouvelle Constitution.

 

Jean-François Mabut

 

  • http://constitution.blog.tdg.ch a vocation d'alimenter le débat sur la révision totale de la Constitution genevoise. Chacun peut donner son point de vue en cliquant sur le mot commentaire ou en devenant rédacteur agréé

10:34 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

ce blog m'a échappé.

J'ai entendu hier à la RSR l'intervention d'un autre personnage très intéressant qui ne figure pas dans votre liste Patrick Dimier.

Est-ce aussi celui qui a publié un projet de Constitution?

Sii c'est le même alors pas de doute qu'il manque à votre brochette. Le projet publié est touts simplement ébourrifant et novateur.

A mon avis vous devriez même organiser un débat avec ces personnalités hors normes, tous.

Je ne sais pas comment le faire mais je trouve qu'l faudrait qu'il y ait une liste où ils seraient tous réunis "hors des partis politiques" car ils ont une stature au dessus du lot de ce que l'on voit dans l'arène du cirque municipal et cantonal.

Écrit par : justine | 20/10/2007

Sa serait excellent que l'on modifie ENFIN cette constitution !!! Mais c'est vrai, sa va être long....Quand on voit le temps qu'il dépense, nos chères politiciens, en se chicanent pour un projet de loi... Sa ne va pas être tout rose... Aie, je vais m'arracher le peu de cheveux qu'il me reste !!! Et me créer des ulcères....pas bien ! J'espère qu'ils trouveront une solution rapide au priorité que Genève subi actuellement....Et qu'elle risque de subir longtemps si ils prennent leur temps...

Écrit par : Gonzo | 23/10/2007

Je me demande à quoi sert de modifier la constitution ... car si on se réfère à l'exemple européen, actuellement nos élites ont la facheuse tendance à vouloir retirer du pouvoir au petit peuple (non, je n'ai pas écrit 'mouton') qu'elle gouverne avec condescendance.

Donc, la constitution actuelle me satisfait pleinement.

Écrit par : Dji | 09/11/2007

Je ne vois pas non plus pourquoi il serait prioritaire de changer la constitution.
La priorité, ce n'est pas une nouvelle charte, qui va mobiliser l'énergie et le temps de travail des associations et partis pendant 4 ans, c'est de sauver la planète des multiples pollutions que nous lui infligeons.
Avec les tiers d'électeurs UDC dans le canton, ce n'est pas le moment d'ouvrir un tel chantier, on risque de ne pas voir a la fin du processus tout ce que l'on projette un peu naivement d'y mettre. Et si on obtenait une constitution plus compliquée, moins solidaire, plus néolibérale au bout du compte ? Les électeurs refuseraient la copie, annulant 4 ans de travail, ou l'accepteraient ce qui serait pire.

Écrit par : Philippe de Rougemont | 10/02/2008

Les commentaires sont fermés.