11/02/2008

24 février: un vote bidon?

Faut-il changer les règles du vivre ensemble dans le canton de Genève?

 

Un seul parti s'oppose à la révision de la loi fondamentale de la République. L'UDC, évidemment serait-on tenter de dire, qui adopte une posture d'opposition oportuniste, juste bonne à faire parler d'elle et à s'approprier les votes négatifs que des citoyens dubitatifs ne vont pas manquer de glisser dans leur enveloppe d'ici le 24 février. Ses critiques à l'exercice ne sont pas sans fondement et la montagne court en effet le risque d'accoucher d'une souris. Mais la société genevoise est-elle si malade, si sclérosée, qu'elle ne pourrrait pas une fois par siècle tenter le dépoussiérage de ses modes de fonctionnement?

 

Quelle révolution ou évolution nous promettent donc les partis? Un petit tour sur leurs sites internet ne prête malheureusement guère à l'optimisme. Au-delà des déclarations d'intention qui veulent nous faire croire à la vétusté du texte de 1847, on peine à trouver des idées neuves.

 

Le parti libéral vote oui à la révision totale. Il propose un sondage original en 17 questions. Une bonne initiative si le qcm n'était pas à ce point biaisé qu'il rende l'exercice quasi impossible.

Pour les libéraux, la Constitution genevoise, loi fondamentale de l'Etat, est la plus vieille de Suisse. Malgré de nombreuses révisions partielles, elle ne donne pas une image adéquate de ce que sont et de ce que font l'Etat, les communes ou la société civile genevoise. Les institutions du canton de Genève, datant du milieu du XIXe siècle, sont dépassées et fonctionnent mal. Il est temps de préparer l'Etat moderne, celui du XXIe siècle.

 

Les socialistes votent oui mais n'apportent à ce stade aucune plus-value au débat sinon la création d'un groupe ad hoc et l'invitation le 31 janvier dernier du camarade zurichois Andreas Gross, politologue et conseiller national influent.

Pour le PSG, "la révision de la Constitution sera ainsi l’occasion d’inscrire les droits fondamentaux et de réécrire les fondements de notre vivre ensemble dans un langage clair et accessible à chaque citoyen-ne. La révision de la Constitution représentera enfin une opportunité pour revoir l’équilibre des différents pouvoirs, la répartition des compétences entre l’Etat et les communes et de prendre en compte l’agglomération."

 

Les Verts votent oui à la révision de la Constitution. Mais eux non plus n'apportent rien de concret au débat, sur leur site internet du moins.

Pour les Verts, défendre l’idée qu’une assemblée constituante large et ouverte doit être mandatée pour rédiger une nouvelle constitution revient à faire un pas vers l’avenir et représente le meilleur moyen pour faire avancer nos idées et faire évoluer la société. Les questions environnementales liées à la durabilité, les droits des personnes et notamment des femmes, la place et les rôles des différentes collectivités qui composent la République et canton de Genève, sont autant de thématiques qui ont fort à gagner à être rediscutées. Les Verts estiment donc que la constituante est une opportunité unique de faire accepter en votation une constitution globale nettement plus progressiste que ce que nous pourrions atteindre en légiférant au coup par coup. Finalement la constituante permettra d'élever le développement durable au rang de principe constitutionnel.

 

Le parti radical, dont la figure tutélaire James Fazy fut en 1847 le rédacteur principal de la Charte politique qui gouverne aujourd'hui encore les Genevois, votent évidemment oui à la révision. Les radicaux ont même mis en ligne depuis un an un wiki sur la nouvelle constitution. Une bonne idée qui est cependant restée en friche.

 

Le parti démocrate-chrétien vote oui à la révision constitutionnelle. Encore que ce ne soit pas évident. Rien sur la page d'accueil du site internet. Il faut cliquer plusieurs fois un peu au hasard pour finalement trouver sous communiqués la prise de position de l'Assemblée des délégués. Bref la révision de la Constitution n'est pas la tasse de thé du PDC.

 

Le Mouvement citoyens genevois vote également oui à la révision totale. Mais tout occupé à réélire son grand timonier Stauffer et à défendre son conseiller administratif déchu, le site du parti ne dit rien sur les votations du 24 février.

 

Parmi les autres partis politiques, on notera l'opposition sans explications à la révision du parti du travail, de Solidarités et des communistes, pour une fois d'accord entre eux. Encore que les communistes se fendent d'un long communiqué bien instructif pour dire les raisons de leur niet.

 

On notera le oui des syndicats ouvriers, CGAS et SIT (mais abstention d'UNIA), et des syndicats patronaux, FER-Genève.

Selon la FER, une refonte en profondeur de notre Constitution s'impose, car celle-ci a été à de nombreuses reprises "rapiécée" ; de plus, elle contient des dispositions contraires au droit fédéral, présente un certain nombre de lacunes et regorge de dispositions obsolètes. A cela s'ajoute le fait que Genève a besoin d'un nouveau contrat social, dynamique et fédérateur, susceptible de permettre aux différents pouvoirs – législatif, judiciaire et exécutif – et aux collectivités que sont l'Etat et les communes de ne plus travailler les uns contre les autres, mais ensemble, avec le souci d'une gestion rationnelle des deniers publics.

 

Parmi les mots d'ordre des associations, sans surprise, l'Association "une nouvelle constitution pour Genève" vote oui. Elle est l'initiatrice du projet et propose depuis mai 2005, sur son site internet et au fil de ses conférences, de nombreuses et riches références sur le sujet. On lira avec profit son manifeste. A noter également le soutien de l'AIDH.

 

On notera en revanche le non du comité de l'initiative 129 "Fumée passive et santé", le non également du comité de l'initiative 137 pour l'interdiction des races de chiens d'attaque, le non du comité d'initiative pour la suppression de la chasse, le non encore du comité Contratom.

 

Et pami les abstentionnistes, on s'étonnera de l'abstention de la Chambre de commerce, de l'ATE, de l'AMGe et de la kyrielle de ses chapelles qui polluent le bulletin de vote par des prises de position sans portée politique.

 

J.-F. Mabut

 

Pour réagir à ce billet, cliquez sur le mot commentaire ci-dessous.

 

Merci de respecter les règles de civilité en usage sur les blogs de la Tribune de Genève: soyez concis, pertinent, original et signez votre message.

Ce blog accueille volontiers des contributions. Envoyez-les à l'adresse blog@tdg.ch, elles seront mises en ligne.

 

 

 

09:58 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Merci pour le résumé fort clair écrit plus haut. Il y manque toutefois l'explication du refus de ce changement complet de la constitution. Vous pourrez trouver ici: www.lescommunistes.org/spip.php?article1149 une argumentation pour refuser ce projet.

J'y ajouterai ceci: les peurs et les replis de l'UDC et du MCG plaisent au tiers des électeurs genevois. Si on jette l'eau du bain (image de la constitution) pour le remplir a nouveau, on aura un tiers des Genevois pour y apporter une eau brunatre, conservatrice, égoiste, négationniste sur le changement climatique et j'en passe. En cas de oui le 24, les années de travaux de la constituante aboutiront soit a une cst. progressiste et les Genevois la refuseront, soit on aboutira a un texte marquant un repli sur sa version actuelle et les Genevois l'adopteront, c'est en tous cas ce que je pressens.

Enfin, quand vous dites "la kyrielle de ses chapelles qui polluent le bulletin de vote par des prises de position sans portée politique" en parlant d'ONG, je ne vous suis pas du tout. Rappelez vous que cette kyrielle obtient souvent la majorité des voix des Genevois qui choisissent des "prises de position" parfaitement politiques. Lorsque ces associations ou partis récoltent des signatures, créent des débats par des campagnes de votation et parfois remportent des majorités, elles font honneur a notre constitution actuelle, que beaucoup admirent a l'étranger. Les associations s'opposant a la constituante que vous citez (sauf l'UDC et la chambre de commerce) savent ce qu'elles ont du fournir comme travail essentiellement bénévole pour obtenir des modifications de la constitution. Si ce qui vous motive, comme je crois le comprendre, c'est une nouvelle répartition des pouvoirs entre canton et communes, lancez une révision partielle en ce sens, au lieu de clamer que la constitution devrait "enfin" etre révisée ou que ce "patchwork" devrait etre "toiletté" comme s'il s'agissait d'une vitrine dans les rues basses.

Je suis navré de me prononcer contre un projet qui se présente comme enthousiasmant, mais j'ai d'autres enthousiasmes et je ne crois pas que la constituante les servira.

Écrit par : Philippe de Rougemont | 12/02/2008

Sans les abus des socialistes, l'UDC n'aurait jamais existé

Écrit par : Marie | 12/02/2008

Le lien associé au parti libéral en début de texte est erroné; il renvoie au site d'un groupe opposé à la révision de la Constitution!

Merci de corriger cette erreur et de renvoyer à la page d'accueil des Libéraux genevois, sur laquelle se trouve justement le qcm "original" (et que je ne trouve personnellement pas biaisé).

Nathalie Chaix

Écrit par : Nathalie Chaix | 12/02/2008

Les commentaires sont fermés.