21/02/2008

Constituante: le retour de Segond

A quelques jours d'un scrutin qui promet une participation record, deux tribunes libres expliquent aux Genevois que, tout compte fait, un non à la révision totale de la Constitution genevoise serait dans l'ordre des choses.

 

"Ce n’est pas sans raison, écrit le professeur Alfred Dufour, dans la Tribune de ce jour, que depuis 1847 le peuple genevois s’est toujours refusé à procéder à la révision totale de sa Constitution par l’élection d’une Constituante en usant de la disposition que James Fazy lui avait ménagée et qui prévoyait que la question de la révision totale serait posée tous les 15 ans au corps électoral. (une disposition qui a elle-même finalement été abrogée en votation populaire voici exactement 15 ans le 27 mars 1993).

 


"On est bien loin, poursuit l'auteur d'une histoire de Genève, des adresses et des discours substantiels d’un F. J. L. Rilliet-Constant ou d’un James Fazy! Sans un projet réellement mobilisateur du type de ceux qui ont inspiré les auteurs des Constitutions genevoises de 1842 et 1847, l’institution d’une Constituante en une période de crise comme la nôtre pourrait donc bien revenir à l’ouverture de la boîte de Pandore avec au final une simple «réécriture formelle» de la Constitution en vigueur."

 

Pour le professeur Nicolas Levrat, le silence assourdissant de la campagne pour la constituante résulte d'un constat: "Mon hypothèse, analyse, mercredi dans Le Temps, le directeur de l'Institut d'études européennes de l'Université de Genève, est qu'il n'y a plus de citoyens de Genève, c'est-à-dire de person­nes qui s'intéressent et se préoccupent des affaires de la cité en général. Il n'y a plus que des parents soucieux de la sécurité de leurs enfants face à des pro­priétaires de chiens, des défen­seurs de la santé publique face à des fumeurs, etc. Le morcelle­ment du corps social et politi­que paraît consommé et la ques­tion véritablement citoyenne et centrale, l'idée de se réunir - ou plutôt de réunir une consti­tuante - pour débattre et s'accor­der sur les termes généraux de la vie commune à Genève, n'inté­resse personne."

 

Enfin pas tout à fait! Le parti radical, qui commence à s'inquiéter de cette atonie citoyenne, annonce ce jour dans un communiqué la mobilisation de personnalités du grand vieux parti. Le retour de Guy-Olivier Segond, la démission annoncée du Grand Conseil de Pierre Kunz qui briguera aussi un siège à la Constituante et la mobilisation du jeune Murat Alder.

 

Le parti radical fait appel aux candidats intéressés par un fauteuil à la Constituante. Compte tenu de son poids actuel et d'un quorum abaissé à 3%, il devrait obtenir 6 ou 8 des 80 sièges de la future assemblée. L'élection aura lieu le 19 octobre prochain. Pour autant que le oui l'emporte ce week-end.

 

Et tout cela pourquoi faire?

 

"Le PRG souhaite que l'assemblée constituante aborde sans tabou les rapports entre les trois pouvoirs, le rôle de l'Etat et des communes, la fiscalité, le mode d'élection et le fonctionnement général des institutions genevoises. C'est pourquoi il souhaite éviter que les constituants se sentent investis de la mission de venir défendre des prés carrés. L'assemblée constituante ne doit pas reproduire les affrontements si souvent stériles entre l'Etat et la Ville, la Ville et les autres communes, les communes « riches » et les communes
« pauvres », la gauche et la droite."

Par ailleurs, le PRG présentera au cours des prochains mois ses propositions à l'assemblée constituante, en complément aux réformes institutionnelles de «Gouverner Genève demain» publié en janvier 2005.

J.-F. Mabut

 

Pour réagir à ce billet, cliquez sur le mot commentaire ci-dessous.

 

Merci de respecter les règles de civilité en usage sur les blogs de la Tribune de Genève: soyez concis, pertinent, original et signez votre message.

Ce blog accueille volontiers des contributions. Envoyez-les à l'adresse blog@tdg.ch, elles seront mises en ligne.

 

 

15:26 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

Un certain "Volaire" a laissé un message sur ce blog (lire ci-dessous). Il a choisi de rester anonyme. C'est son droit, mais cela contrevient aux règles définies dans ce blog et plus largement dans les blogs hébergés par la Tribune.

Nous demandons aux internautes d'indiquer au moins une adresse e-mail valide, à défaut de leur nom. En l'absence de cette adresse, nous effacerons dorénavant leurs messages.

Jean-François Mabut, responsable des blogs Tribune

[Voltaire écrit:
Quel silence!

On a peine à entendre les partisans de la Constituante ces derniers jours, à l'exception des radicaux qui en ont compris l'enjeu.

On saluera l'engagement du jeune Murat Alder, qui courageusement se bat contre vents et marées. Mais les arguments démagogiques risquent d'être sanglants, surtout quand on vient parler d'oiseaux, de chasse et d'autres bibelots. Là, on est hors sujet. Il est dommage qu'aucun défenseur de la Constituante ne monte en première ligne.

N'entendez-vous pas le silence assourdissant!]

Écrit par : Jean-François Mabut | 21/02/2008

Bonjour, je suis franc partisan d'une nouvelle constitution !!! Ce que propose les RADICAUX est largement justifié ! Nous en avons marre de l'immobilisme ! Genève doit réagir et serait satisfaite de cette nouvelle constitution. Il y a que les idiots qui ne changent pas d'avis ?

Bien à vous

Jésus Gonzalez

Écrit par : Gonzalez Jésus | 21/02/2008

Monsieur Segond
S'il vous plaît, resté à la retraite, ne venez plus vous occuper de notre République. Elle est déjà assez en mauvais état...
Ivan

Écrit par : Ivan Skyvol | 21/02/2008

Tiens, Segond est en difficultés financières ? Il a de nouveau besoin du fric des citoyens ?

Écrit par : Octave Vairgebel | 22/02/2008

Toujours la même caste au pouvoir!

Et pourtant, la république ne manque pas de forces vives.

Avec une nouvelle constituante, on aurait pu espérer la fin des oligarchies existantes. On peut se demander où se trouve l'atonie... Ce marché de dupes ne profite qu'à un petit clan très fermé qui se partage les postes à responsabilité. Pourtant, les structures féodales sont d'une autre ère!

Modernisons cet état, ce pas seulement sur papier!
Que l'audace soit une valeur enfin réelle et non juste un slogan de campagne...



Écrit par : Micheline PACE | 23/02/2008

Les commentaires sont fermés.