18/03/2008

La laïcité selon les radicaux

Et bien ça commence bien! Les amoureux des textes concis vont en perdre leur latin.



Les radicaux viennent de diffuser sur leur site internet et par courriel un article de la future Constitution genevoise. Comme de juste le parti, qui fut atteint au XIXe siècle de crises anticléricales particulièrement aigues, pose ses jalons dans le domaine oh combien sensible de la laïcité. Ce choix inspire à Soli Pardo, président de l'UDC Genève, un billet cinglant intitulé: "Première proposition radicale pour la Constituante : clientélisme, xénophobie et atteinte à la liberté des cultes"



Aujourd'hui l'ennemi de la République n'est plus le duc de Savoie, ni l'église catholique ultramontaine, ni le Temple solaire, c'est le fanatisme religieux, islamique en particulier. Cela donc donne ceci. Le monstre est accompagné d'un exposé des motifs de cinq pages non signé que l'on peut consulter ici. (JFM)



L'article et le document a été élaboré par un groupe de travail "laïcité", à la suite de la fête de la laïcité organisée le 28 juin 2007 à l'occasion du centenaire de la séparation de l'Eglise et de l'Etat à Genève. Le communiqué du parti radical ajoute que son groupe de travail s'est également appuyé sur les réflexions du "forum laïcité" du PRG, en 2004, et sur celles de l'assemblée des délégués du parti radical suisse à Morat, les 18 et 19 août 2006.

10:52 Publié dans 1 Principes généraux | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cher Jean-François,
je ne vois pas très clairement ce que vous reprochez à ce projet en dehors de ce que vous appelez son manque de concision et de lui trouver un caractère mosntrueux ? Monstrueux en quoi ? Expliquez-vous, quelles sont els dispositions, précidément, qui vous déplaisent ?
Quand aux délires de M. Pardo, chacun sait qu'il devrait commencer par lire calmement avant de s'énerver. Contrairement à ce qu'il prétend, le financement par des dons étrangers ne serait nullement interdit. C'est le financement par des Etats ou par des fondations étatiques qui le serait. . Ce qui est fondamentalement différent.
Et dans son discours, tout est du même tonneau: erreurs grossières et calomnies alors que le texte radical vise précisément à poser les jalons permettant à chacun d'exprimer sa foi ou sa non foi librement, sans empiéter sur la liberté des autres..
Personne ne veut imposer l'athéisme ou s'en prendre à une religion en particulier. Au contraire, des représentants de toutes les confessions oint pris part à l'élaboration de ce texte, qui n'est pas signé parce qu'il est collectif.

Écrit par : Philippe Souaille | 18/03/2008

Les commentaires sont fermés.