28/07/2008

Ancien croque-mort, le curé de Versoix veut siéger à la Constituante

roos Vincent.pngWouter van der Lelij, 33 ans, Vésenaz, marié, un enfant, ex-patron de Job-up est en passe de réussir son pari: lancer une liste (à date de péremption connue) de candidats indépendants à la Constituante. Il a déjà recueilli l’engagement de neuf candidats. Il lui en manque cinq pour atteindre la barre fatidique des quinze citoyens éligibles, au dessous de laquelle un mouvement ne peut pas se présenter à l’élection du 19 octobre prochain. Parmi les candidats figure le curé de Versoix, l'abbé Vincent Roos, 43 ans, ancien croque-mort, ancien garde pontifical. Connu comme le loup blanc de Bellevue à Collex-Bossy, l'abbé Vincent ne se déplace jamais sans son chien Zino. Lire aussi ici.


Lucernois d'origine, l’abbé Roos est né à Bressaucourt dans le Jura en 1965,  a été ordonné prêtre en 1999. Après Aigle, il a été nommé à Montreux. Il est arrivé à Versoix en 2001. Son parcours n'est pas banal.

"A l'âge de 15 ans, j'ai commencé à travailler pour la Ville de Zurich au jardin botanique, explique-t-il sur le site de C@thoLink. Je suis ensuite devenu croque-mort, mais je suis vite revenu aux plantes: de retour chez moi, dans le canton du Jura, j'ai effectué un apprentissage d'horticulteur-floriculteur. Une fois diplômé, je suis allé et suis resté environ neuf mois à Lausanne. Dans le même temps, j'avais présenté ma candidature à la Garde pontificale. La réponse positive de Rome n'a pas tardé. J'y ai vécu trois ans. Cela a été une époque formidable de ma vie et c'est là-bas que mon appel s'est précisé. Pour autant, je ne me voyais pas du tout devenir encore prêtre.

Je suis alors parti pour les Etats-Unis, dans une des banlieues de Los Angeles. Le mode de vie m'a beaucoup séduit. Je sortais souvent. Je fréquentais les boîtes de nuit. J'ai décroché des petits boulots dans la restauration. Je me suis mis à la photo. J'ai pénétré le milieu du show business. Je me sentais bien. L'Europe commençait néanmoins à me manquer. Je suis finalement rentré en Suisse et j'ai travaillé pour le compte d'une multinationale à Renens.

Mon appel ne m'ayant jamais vraiment abandonné, durant toutes ces années, j'ai pris contact par la suite avec le séminaire diocésain. J'y suis entré. Villars-sur-Glâne a été pour moi une véritable école de vie humaine. Difficile certes, mais j'en garde un souvenir intact".

Aussitôt débarqué à Versoix, l’abbé Vincent ne laisse personne indifférent. Sa paroisse qui s’étend désormais de Bellevue à Collex-Bossy vit un profond renouveau. Charismatique?

Mais un curé peut-il être candidat à la Constituante?

Cela ne semble pas impossible, selon Wouter van der Lelij. Cependant il semble exister une loi de 1791 (?) jamais abrogée qui exclut les clercs de l'éligibilité. La Cour des comptes elle-même, dernière née des institutions dont les membres sont soumis à l'élection populaire, exclut, en son article 4 alinéa 2, les citoyens qui ne sont pas laïques.

L'abbé Vincent, qui ne cache pas son enthousiasme de participer à cette oeuvre de créer un projet de société pour Genève, espère - "n'est-ce pas naturel pour un chrétien" - que les juristes du Service des votations accepteront la faille qui semble s'être glissée dans la loi créant la Constituante adoptée par les Genevois le 14 février dernier, où le mot laïc ne figure pas. Son article 4 stipule seulement:

Art. 4           Election

L’Assemblée constituante est élue comme le Grand Conseil, sous réserve des règles suivantes :

a)   elle est composée de 80 membres;

b)   le quorum est de 3%;

c)   l’apparentement de listes est interdit;

d)   les dispositions relatives aux incompatibilités et à la durée de fonction ne s’appliquent pas;

e)   la durée de fonction s’étend de la séance constitutive à l’acceptation de la nouvelle constitution ou à l’échec de la révision totale.

Son espoir sera cependant vraisemblablement vain. Car l'article 72 de la Constitution genevois actuelle dispose s'agissant de l'élection du Grand Conseil que seuls les laïcs peuvent être membre. 

Art. 72(61)  Eligibilité
Sont éligibles tous les citoyens laïques jouissant de leurs droits électoraux. 

J,-F. Mabut

11:04 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

Bien qu'ici il s'agisse de la Constituante, non seulement la Constitution interdit le Grand Conseil aux non laïques - au sens étroit et ecclésiastique du terme, autrement dit à quiconque exerce une fonction religieuse - mais cela est surtout interdit aux prêtres catholiques par leur propre hiérarchie, selon le droit canon (la référence juridique de l'Eglise apostolique et romaine) ! Voir l'interdiction faite aux clercs "de remplir des charges publiques qui comportent une participation à l'exercice du pouvoir civil" (CIC, canon 185/3).

Monsieur le Curé devrait se renseigner avant de finir sur le bûcher !

Yves Scheller

Écrit par : yves scheller | 28/07/2008

N'ayez crainte M. Scheller, je ne suis pas un fortiche en droit canonique, mais cela je le savais, je me suis même informé auprès d'un canoniste. C'est en accord avec Mgr Farine, qui me le permet pour autant que je ne représente pas mon église. Donc j'y vais en tant que citoyen. On verra bien! Ce que je veux c'est apporter mon humble pierre à l'édifice de la société, en me présentant. Evidemment, qu'il y a une loi cantonale qui me l'interdit en tant qu'écclésiastique, et bien on verra. Si je peux apporter dans le débat démocratique, la question de la non-éligibilité pour les écclésiastiques dans une CONSTITUANTE, loi datant semble-t-il de 1791, et bien je le ferai. L'essentiel, je crois c'est qu'il y est un dialogue qui s'installe en toute liberté entre nous.

Vincent Roos

Écrit par : Roos | 29/07/2008

... Et moi je pense que si on pouvait éviter de remettre régulièrement en cause le principe essentiel de séparation de l'Eglise et de l'Etat, ce ne serait pas mal non plus.

Écrit par : Magali Orsini | 02/08/2008

Bonjour Magali,

loin de moi de remettre en cause le principe de la laïcité à Genève. Je crois qu'il est important de garder la séparation de l'Etat et de l'Eglise. Pourtant, comme citoyen, je crois que je peux apporter quelque chose dans les débats qui auront lieux durant ce temps de préparation de la nouvelle constitution. Dans ma pratique, je rencontre une humanité avec ses difficultés, ses joies, ses envies, si je peux faire écho de tout cela dans le cadre de la contituante, alors je le ferai.

Écrit par : Roos | 02/08/2008

Demander à son évêque la permission de se présenter à la Constituante pour ensuite revendiquer le statut de laïque, c'est pousser l'hypocrisie un peu loin... Il nous prend pour des c... le curé!

Écrit par : Duchemin | 03/08/2008

Cher Monsieur,
Sachez que votre lai..citée ne me pose aucun problème...
Vos heures de vol ainsi que votre expérience de la "vraie" vie me paraissent suffisantes pour justifier votre candidature.
Je vous soutiens.
Yves

Écrit par : Yves d'Ecogia | 05/08/2008

Rien de plus démocatique qu'un ecclésiastique puisse défendre la laïcité.

Je ne peux vous félicité de votre engagement pour le "mieux vivre ensemble"

Écrit par : Charly Schwarz | 07/08/2008

Rien de plus démocatique qu'un ecclésiastique puisse défendre la laïcité.

Je ne peux QUE vous félicité de votre engagement pour le "mieux vivre ensemble"

Écrit par : Charly Schwarz | 07/08/2008

Les commentaires sont fermés.