31/08/2008

MBG rêve toujours de fusionner la Ville et le canton

Brunschwig Graf.jpg«Je ne suis pas pour la fusion des communes à tout crin, mais le mariage de la ville et du canton et la création de mairies de quartier seraient un sérieux avantage pour notre canton. Tout comme l’élection d’un président du Conseil d’Etat pour 5 ans.» Martine Brunschwig-Graf, que nous avons rencontrée la semaine passée dans son bureau, perché au sommet d’un immeuble, place de la Fusterie, pense que le processus constitutionnel qui va animer Genève jusqu’en  2012 sera fructueux.


L’ancienne présidente du Conseil d’Etat se dit «vraiment enchantée» par le nombre de candidats (530) et de listes (18) qui briguent les 80 sièges de l’assemblée. Elle espère que les Genevois seront très nombreux à participer à l’élection de la constituante entre le 1er et le 19 octobre prochain.
allez voter.jpgFaut-il une campagne d’affichage officiel pour inciter les Genevois à remplir leur devoir électoral ? « Pourquoi pas, répond la conseillère nationale libérale. Qui parie sur les chaînes sms et les réseaux internet tel Facebook, « que les radicaux et les libéraux vont mettre en œuvre activement. De quoi contacter rapidement des milliers de sympathisants à moindres frais.»
La Constituante peut-elle réinventer Genève? Le faut-il d'ailleurs? « Genève a besoin d’une pause de réflexion sur ses institutions. En 1999, rappelle l’ancienne patronne de l’instruction publique puis des finances cantonales, le Grand Conseil a renvoyé sans débat le projet du Conseil d’Etat de créer la République et ville de Genève, de faire comme à Bâle une seule entité politique entre la ville de Genève et le canton. Un camouflet pour le conseil d’Etat de l’époque. Depuis rien n’a bougé. Or les problèmes de doublons n’ont cessé de s’aggraver. Martine Brunschwig Graf en cite en outre le fait que le principe de proximité des autorités municipales n’est pas réalisé en ville de Genève. La Ville est trop grande, la libérale plaide pour des mairies de quartier. D’autre part il faut rétablir la concordance entre les cercles des payeurs, des décideurs et des bénéficiaires des prestations communales. Qu’un habitant de Cologny travaillant à Genève paie 80% de ses impôts communaux en Ville sans pouvoir y exercer un droit de vote est un déni démocratique. »
La Constituante a-t-elle la légitimité de remettre en cause les articles récemment introduits dans la Constitution (énergie, logement, notamment)? Absolument. Plusieurs sujets qui se trouvent actuellement dans la Constitution ne devrait pas figurer dans le texte qu’on nous soumettra en 2012. Cependant, convient la magistrate libérale, on pourrait comme on l’a fait lors de la révision totale de la constitution fédérale soumettre séparément au vote des Genevois les sujets particulièrement controversés, sans toutefois tomber dans le syndrome d’une constitution à la carte.
JFM


Questions brèves: êtes-vous pour ou contre

- Le droit de vote et d'éligibilité des étrangers au plan cantonal?
Martine Brunschwig Graf - Expérimentons d’abord le droit de vote sur le plan communal. Je préfère remettre en chantier la facilitation de la naturalisation.
- La modification du nombre de signatures requis pour une initiative ou pour un référendum?
Je suis favorable à une augmentation du nombre des signatures et même à l’introduction d’une proportion plutôt qu’un chiffre absolu.
- Le chèque scolaire?
Ce projet n’a rien à faire dans la Constitution. Au cela mettrait sous tutelle de l’Etat les écoles privées, ce qui n’est pas souhaitable.
- Le partenariat public privé
Oui, mais sous forme d’un article général sur la subsidiarité.
- L'augmentation de la durée de la législature à 5 ans?
Oui, et sans limitation du nombre de mandat.
- L'élection d'un président du Conseil d'Etat pour 4 ou 5 ans?
Oui. Cela faciliterait les relations de Genève avec la communauté internationale.
- L’élection du Conseil d’Etat à la majorité absolu au premier tour
Oui, absolument.
- La diminution ou l'augmentation du nombre des départements?
Ce n’est pas une réforme de rang constitutionnel
- Une réforme des communes genevoise?
Je ne suis pas pour la fusion à tout crin. Mais je serais favorable à l’union du canton et de la Ville. Un président du conseil d’Etat, maire de la ville, s’impose notamment dans les relations extérieures.
- La concomitance de l'élection des conseillers aux Etats avec le Conseil d'Etat et leur participation au gouvernement comme ministres sans portefeuille?
Election concomitante oui. Mais pas de Conseil des Etats composé uniquement de Conseillers d’Etat.
- La création d'assemblées d'usagers des grandes régies publiques (à l'exemple des assemblées d'actionnaires)?
L’idée est originale. La règle pourrait être : Là où il y a un conseil d’administration, il doit y avoir une assemblée des usagers. Sans préjuger des pouvoirs de cette assemblée. Mais en effet cette disposition permettrait que des personnes extérieures au canton puisse interpeller la direction des TPG ou celle de l’Aéroport, des Hôpitaux ou des SIG.
- Un parlement régional?
Qui  dit parlement dit pouvoirs ! Lesquels sont-ils au niveau régional ?
- La réforme des compétences du procureur général ?
L’entrée en vigueur du code unifié de procédure pénale va changer bien des choses. Quant au pouvoir de politique de police que s’arroge le procureur, elle s’explique par le fait que la nature a horreur du vide…

14:46 Publié dans Contributions individuelles, Débats publics | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Elle peut continuer de rêver, personne ne l'en empêche...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/09/2008

Les commentaires sont fermés.