04/09/2008

L'UDC veut mettre le drapeau suisse dans les classes

drapeau_suisse_2005.jpgLes drapeaux susse et genevois dans les salles de classe. Telle est l'une des propositions que les vingt candidats UDC veulent introduire dans la nouvelle constitution. L'UDC veut aussi introduire un chèque scolaire permettant le libre choix d’un établissement public ou privé, allonger à 6 ou 7 ans la durée de la législature, maintenir la Ville de Genève en une seule commune, tout en dépouillant les communes les tâches d’importance cantonale.

A part ces propositions décapantes, le parti de la droite extrême reste convaincu que la révision totale de la constitution est une mauvaise chose. Pas question donc de faire table rase du passé. "Evitons un modernisme outrancier, l’introduction de prétendues innovations et de nouveaux privilèges pour certaines minorités", écrit le parti sur son site internet dédié à la Constituante intitulé: www.constituons-l-avenir-ensemble.ch

JFM

10:21 Publié dans Actualités, Candidatures, Partis | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Mabut,

votre billet, est un survole en diagonal de nos propositions, c'est pourquoi je vous invite à consulter la rubrique Social Santé de manière plus approfondie, vous y trouverez du décapant.

La rubrique Finances aussi...

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 04/09/2008

Bonjour,
Je ne vote pas UDC mais ne méprise pas notre cher drapeau suisse, cela dit...:

- Le drapeau suisse dans les classes, euh oui...pourquoi pas...mais une simple carte du pays suffirait et serait déjà plus instructive, non ? Ce n'est pas le drapeau qui fait le bon citoyen, et un drapeau dans chaque classe, je trouve quand même un peu exagéré, voire limite névrosé...

Concernant les chèques scolaires :

- Il n'y a pas beaucoup d'argent dans les caisses de l'Etat. Je ne vois pas pourquoi le contribuable devrait en plus payer pour ceux qui désirent envoyer leurs enfants dans des écoles privées.

Je comprends que l'intérêt pour l'école publique diminue, vu ce qu'on en a fait depuis 10 ans (suppression des notes, à l'école primaire, introduction de la lecture globale, quasi-destruction du cycle d'orientation, qui n'oriente plus du tout, et baisse générale des exigences) ça fait beaucoup, je vous l'accorde. Mais le chèque scolaire ne règle de loin pas les problèmes et ne fera que les augmenter.

Moins d'argent à l'Etat = encore moins d'argent à l'école publique, alors à ce moment-là, il est clair qu'il sera encore plus difficile à l'école publique de satisfaire les citoyens. Une école publique sans exigence et en plus sans argent...ça fait des classes d'incultes à 45 élèves, des prof moins bien payés et moins patients...le système américain quoi...moi je suis vraiment pas pour.

A vous,

Sophie Scheller (liste d'Expression Citoyenne, www.expressioncitoyenne.ch)

Écrit par : Sophie Scheller | 04/09/2008

Un billet de blog gagne à être bien serré, crémeux et fumant comme un espresso. Le lien qui figure dans la note publiée permet à tout un chacun de s'informer de l'ensemble des propositions de l'UDC. Et je l'espère de les discuter ci-dessous. bien à vous et la prochaine fois ne craignez pas de signer de votre nom en toutes lettres!

Écrit par : jf Mabut | 04/09/2008

Bonjour à vous tous,

Je suis persuadé que même les partis qui s'étaient opposés à la révision totale de la constitution trouveront leur compte dans les discussions de l'assemblée.

C'est du débat et de la confrontation d'idées que sort le meilleur consensus !

Bien à vous

Mirko

Écrit par : Mirko Righele | 04/09/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Sophie,

dans plusieurs pays, le chant de l'hymne national tous les matins est une pratique courante. Cependant, il n'est pas possible, dans une ville cosmopolite comme la nôtre, d'obliger les élèves de tous horizons à chanter notre hymne. C'est pourquoi, placer nos écussons dans les bâtiments publics, les salles de classe notamment, n'est pas disproportionné.

Le chèque scolaire permettrait le libre choix de l'établissement et aussi de mettre en compétition le privé et le public.

De fait, l'école publique a démontré qu'à force de "procéder à des expériences psycho-pédagogiques désastreuses" en terme d'enseignement, l'instruction de nos enfants est quelque peu laissée en friche. Point sur lequel, je pense que nous sommes tous d'accord.
Il ne s'agit pas de favoriser le privé contre le public, mais bien de créer une dynamique pour que le public retrouve ses lettres de noblesse en terme d'enseignement.
Le groupe UDC pour la Constituante tient à l'instruction publique, mais nous voulons une école performante pour nos enfants, rassurez vous.

Bonjour Mirko, à partir du moment où le souverain s'est prononcé pour la révision, tout parti démocratique se doit de respecter ce choix et ce qu'on le partage ou non. Un énorme travail attend les futurs élus car les débats promettent d'être soutenus. Espérons que le bon sens sera le guide de chacun d'eux et que les arrangements partisans ne prétériteront pas les discussions sur le texte constitutif. D'ailleurs, vous en aviez fait un superbe billet que tous les candidats devraient lire.

Sophie, Mirko, même si nous n'appartenons pas à la même liste, je crois, comme vous, dans le débat démocratique et à ce titre, je me permets de vous souhaiter bonne chance pour cette élection.

Bien à vous,

Stéphane Valente www.constituons-l-avenir-ensemble.ch

Écrit par : Stéphane | 05/09/2008

Bonjour M. Valente,

Concernant le chèque scolaire, je ne pense pas que le privé poussera le public à s'améliorer. L'école publique ne fonctionne pas en terme de rentabilité ou de concurrence avec le privé. Ce qu'il faut, c'est faire cesser ces expériences que vous nommez très justement de "psycho-pédagogiques désastreuses", rétablir les exigences et l'autorité des professeurs et des directions, et combattre le déni parental. Je ne vois pas en quoi la concurrence avec les écoles privées peut être utile à cela...

Je pense que rendre floue la frontière entre privé et public relève du non-sens, ou d'une volonté non-déclarée de privatiser petit à petit l'école publique.

Ce chèque scolaire permettra une fois encore au secteur privé de se faire de l'argent avec les fonds publics, ce que je refuse totalement. Je pense que cet argent devrait être mieux placé que directement dans les poches des écoles privées. Celles-là ont de plus en plus de succès, (normal...vu la baisse de qualité de l'école publique), je ne pense donc pas qu'elles soient en manque d'argent.

Par contre, il existe toutes sortes de secteurs dans le public qui nécessitent plus de subvention, l'hôpital cantonal par exemple, le Musée d'Art et d'Histoire (dont le toit s'effrite...) et l'Université des Bastions (dont une partie a brûlé dernièrement), pour ne pas parler des éternels problèmes de logements et de loyers trop élevés dont les citoyens se plaignent depuis si longtemps...

A vous,

Sophie Scheller
(liste n°16 de la Constituante, Expression Citoyenne, www.expressioncitoyenne.ch)

Écrit par : Sophie Scheller | 05/09/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Madame Scheller,

tout d'abord, vous aurez l'obligeance d'excuser le début de mon dernier billet, j'utilise volontier le prénom de mes interlocuteurs.

Aussi, j'apprécie le débat et je tiens à vous rassurer, durant toute la durée des travaux que nous avons mené avec le groupe UDC depuis plusieurs mois, il n'a jamais été question de privatiser l'instruction publique.

D'ailleurs, si l'instruction publique donnait satisfaction aux attentes légitimes de la population, nous n'aurions pas cette discussion.

Notre position étant très claire face à la révision de la Constitution actuelle, il n'est pas question pour nous de "faire table rase du passé" et donc de ce qui découle de ce texte, notamment l'attachement à un enseignement public laïc et performant.

Ensuite, j'ai bien peur que vous vous mépregnez

Écrit par : Stéphane | 06/09/2008

Oup's, mauvaise manipulation...

Ensuite, donc, j'ai bien peur que vous vous mépregnez sur le fond de notre démarche concernant le chèque scolaire. La seule préoccupation qui nous aura animée durant les débats que nous avons eu sur ce sujet, réside dans la possibilité pour les parents soucieux de l'avenir de leur enfant, de pouvoir bénéficier d'une prestation de qualité, qui comme vous le soulignez, n'est plus assurée par le public. Et permettre à tous les parents d'avoir accès à cette possiblité.

Au sein du groupe UDC, notre seule préoccupation a été de réfléchir à des solutions pour l'ensemble de nos concitoyens.

Quant à l'Hopital, nous avons aussi émis des principes incontournables en matière de sûreté et de qualité des soins avec le souci de préserver la capacité de ce dernier à assurer les soins pour nos concitoyens.

Voilà, j'espère avoir clairifié le moindre des doutes que vous pouviez avoir sur notre démarche.

Bien à vous Madame Scheller,

Stéphane Valente www.constituons-l-avenir-ensemble.ch

Écrit par : Stéphane | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.