25/09/2008

J’habite à Genève, j’achète à ...

altnau.pngAltnau, petite bourgade au bord du lac de Constance héberge l'imprimerie de l'affiche de l'une des listes en lice pour la Constituante. Altnau est 350 km de Genève... Les autres listes, par cohérence avec les valeurs communes relatives au développement durable, mais également par souci de faire travailler les acteurs locaux, ont préféré confier leurs travaux d'impression à des entreprises genevoises. La liste d’Altau, me glisse le constituant masqué, comme vous ne l'aurez pas deviné, est celle des Verts !


PS: à propos du constituant masqué


Le constituant masqué reste masqué. Mais il ne signera plus directement ses billets sur ce blog. En revanche, je prendrai sous mon aile ses informations et ses clins d’œil au gré de leur intérêt, comme ceux que voudront bien m’envoyer les internautes qui suivent la campagne de la Constituante à l'adresse blog@tdg.ch. Tant il est vrai qu’en se pays si fière de sa liberté d’expression, la vérité peut coûter à son auteur quelques désagréments, ce qui justifie aux yeux de nombreux internautes, appliquant le principe de précaution, de rester prudemment derrière un pseudo. Dans sa dernière édition, Bilan nous livre les analyses bien pertinentes et très contrastées sur la crise financière de banquiers qui ont voulu rester anonymes et qui, garanti de le rester, n’ont pas la langue de bois.

JFM

14:54 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.
Les Verts, féroces adversaires de la pollution.
Et bien, chapeau à votre informateur.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 25/09/2008

Oh, c'est bien rigolo comme information! Mais je ne suis pas si sûr que toutes les autres liste ont vraiment choisi leur imprimeur en fonction des valeurs durables où pour faire marcher l'économie local. Pour notre part, nous avons choisi l'imprimeur local parce que nous savions qu'il travaillait très bien, il nous a fait un prix correct, et il s'est occupé de tout transmettre à la SGA. C'était donc bien facile.

Et peut-être l'imprimerie d'Altnau est une imprimerie super écologique, avec du papier recyclé fait à partir des peluches de pommes de terre, de l'encre extrait des déchets d'un producteur local de choux de Bruxelles, tout ceci transporté à Genève par vélo. Dans ce cas, on devrait même féliciter les Verts d'avoir choisi de se compliquer la vie en faisant imprimer leur affiches ailleurs....

Écrit par : Wouter van der Lelij | 25/09/2008

Peut-être que les Verts ont tout simplement utilisé des moyens modernes pour passer commande. Le web a modifié les habitudes, on peut commander en ligne, du monde entier et ainsi les entreprises, particuliers, associations et pourquoi pas partis politiques, peuvent commander des imprimés. La qualité suisse est connue hors des frontières communales!

Un exemple au hasard : http://www.flyerline.ch/
J'ignore totalement si c'est cette entreprise, une autre, ni où les autres partis ont commandés leurs affiches et si leurs graphistes sont uSuisses, Français ou étrangers. Je voulais juste signaler que le monde change, y compris dans les arts graphiques! Et puis, il y a même des candidats à la Constituante qui n'habitent même pas en Suisse, alors les affiches des Verts ...

Écrit par : Tatage | 25/09/2008

Cela me rappelle "Je vis à Genève, j'achète à Genève" imprimé à Annemasse alors que la campagne visait à ramener les chalands chez Calvin (pas Klein,le grand).

Le Citoyen du MCG est imprimé chez édipresse. Pour certains c'est pas normal.

Je constate que c'est l'imprimerie de la TG, c'est donc "genevois".

Qu'en est-il des affiches où sont-elles imprimées par qui sont-elles réalisées.

Pour ce qui est des verts/roses ils n'en sont pas à une contradiction près!

Ils ont exigé que les fonctionnaires réduisent leur déplacements ou se déplacent train/vélo/patins à roulettes/skate pour sauver la planète.

Pendant ce temps là leur conseiller aux Etats, le triste Cramer, utilise les chars de l'Etat pour aller à Berne et les fait remonter, à vide, pour le redescendre à Genève.

La présidente du Gd conseil, Mme Bolet, fait faire une course d'école aux députés en..... Galicie!

C'est pas bon pour l'écologie.... mais c'est de l'égo-logie!

Ces gens ne sont plus crédibles, ils sont nuisibles à la cause pour laquelle ils ont été élus.

Tout le monde critique Stauffer et ses méthodes mais toujours est-il que si il est pas là, les combines resteraient planquées sous le tapis.

Écrit par : Le pélerin | 25/09/2008

@tatage
Vous vous répandez sur d'autres blogs en vous plaignant que le MCG attaquent les frontaliers.

vous vous y mettez aussi?

je trouve plutôt bien que des listes (Libéraux/MCG) ouvrent des positions à des citoyens qui représentent les genevois de l'étranger(d'ailleurs pas à gauche!), pas vous?

Écrit par : simon | 25/09/2008

Petite précision - "l'imprimeur" de la Tribune de Genève n'est pas très "Genevois" - car la TG est imprimée à Bussigny (VD).

Pour le journal de MCG, c'est probablement la même chose.

Et alors?

Écrit par : Wouter van der Lelij | 25/09/2008

@Simon : je n'attaque personne, mais je me demande juste ce qui peut motiver un candidat à réviser la Constitution genevoise alors qu'il n'habite pas le canton, que parfois même qu'il n'y travaille pas et qu'il ne participe pas à la vie collective ? Je ne les sens pas très concernés par la vie locale, ni très au courant de ce qu'est la vie à Genève en 2008 ... Qu'est-ce qui donne le droit de participer et d'être payé pour réviser ce texte? Le passeport suisse ? Des compétences? Je m'interroge sur certaines motivations!

@Wouter van der Leilj : "Et alors?" Et alors rien, ou presque. Le MCG veut soi-disant défendre les petits commerçants genevois et a confié ses imprimés à Edipresse, qui n'a pas tout à fait ce profile. S'ils avaient voulu être cohérents avec leur discours, ils auraient confié ce travail à un petit imprimeur de la place, ou même à un grand.

Maintenant, que les responsables de listes aient cherché la solution la moins onéreuse pour l'impression de leur matériel de campagne ne devrait pas être retenu contre eux. Est-ce que les listes devront publier le détail de leur comptabilité et détailler l'utilisation des fonds à leur disposition ? Est-ce souhaitable, nécessaire ou superflus ?

Écrit par : Tatage | 26/09/2008

@Tatage - ce que je voulais dire: je pense que le plus important est de regarder et de débattre les idées et les propositions de chacun. Les détails, comme "ou sont imprimé les affiches", me semblent des petites histoires droles, mais quand même accesoires.

Avez-vous déjà vu des interviews télévisés avec Obama aux USA? Pendant plusieurs heures, des journalistes américains n'ont que posé des questions du genre pourquoi qu'Obama ne porte pas le pins avec le drapeau américain. Durant 2 heures, ils n'ont posé aucune question sur ses idées ni sur son programme. Je trouve tellement triste d'arriver la. Ils vont élire quelqu'un parce qu'il porte un pins....et regardez le résultat - les américains ont élu et réélu un crétin - qui porte le pins. Si on peut évitez ceci en Suisse, je crois qu'on ne sera pas moins heureux.

Écrit par : Wouter | 26/09/2008

@Tatage - pour répondre à votre deuxième question: Oui, chaque liste a l'obligation de rendre une "comptabilité" de ses dépenses au Service des Votations et Elections.

Personnellement, je trouverais beaucoup plus intéressant d'avoir une obligation de publier une comptabilité de ses entrés d'argent. Qui finance chaque liste?

Écrit par : Wouter | 26/09/2008

Ce pseudo scoop montre les limites de l'exercice blog face à un vrai travail de journalisme. L'auteur de cette révélation n'a eu qu'à.... lire les affiches!

La campagne des Verts se compose d'affiches, de petits dépliants, de nombreux supports informatiques (dont un clip video diffusé au cinéma), de sachets de thé vert issus du commerce équitable et de ballons en latex naturel gonflé à l'air des poumons humains.

Merci au constituant masqué d'avoir mis le doigt sur la transparence des Verts, qui mériterait d'être copiée.

Écrit par : olivier | 01/10/2008

Les commentaires sont fermés.