07/10/2008

Stoooop! On arrête tout.

gautier renaud.gif"On se réveille, et on cause quelques minutes gentiment." Renaud Gautier, député libéral et indépendant mais pas candidat à la Constituante sur la liste Libéraux & Indépendants lance un cri du coeur (ou des tripes, c'est selon) aux Constituants: "De l’air, on veut de l’air, frais, tonic, vivifiant; quelque chose qui nous prend aux tripes, quelque chose qui nous remue."

 


Constat: la population et les médias (à l’exception de la TdG et la FAO) n’en ont semble-t-il rien à secouer de la Constituante. C’est partiellement vrai et relativement faux!

La plupart des grandes idées politiques du XXème siècle se sont implantées parce qu’un jour un homme/une femme a su raconter un rêve. Et que ce rêve, les gens ont pu se l’approprier, construire et vivre avec. Churchill, de Gaulle, Kennedy, Martin Luther King, chacun de ces hommes qui a marqué l’Histoire a à un moment donné ou un autre su faire partager ses projets, ses rêves. Laissons donc rêver les futurs Constituants!

Qu’ils aient le vertige de la page blanche! Qu’ils réalisent qu’ils ont, somme toute, peu de contraintes ! Qu’ils prennent conscience qu’on attend d’eux un peu de folie, un doigt de panache; que nous sommes tous là pour être surpris, pour s’approprier leurs rêves, pour s’enthousiasmer.
Mais je doute qu’à force de leurs demander s’ils sont pour ou contre une société à 2000 watts, pour ou contre la fusion des communes, pour ou contre une traversée de la Rade; on n’est pas gentiment en train de les brider, de les contraindre, en un mot de les empêcher de rêver, et nous de nous enthousiasmer...

De l’air, on veut de l’air, frais, tonic, vivifiant; quelque chose qui nous prend aux tripes, quelque chose qui nous remue.
Mais je ne veux pas d’une Constituante pasteurisée, d’un truc qui ronronne, d’un machin (comme disait l’autre) insipide dont le seul débat sera réduit à la péréquation communale (et pourtant c’est un sujet important).

De grâce faites-nous rêver (ou cauchemarder...) un peu comme Pascal Hollenweg !

Renaud Gautier

 

NB: Le député libéral a adressé son appel via blog@tdg.ch une adresse qui permet à tout un chacun d'intervenir dans la Gazette de la Constituante.

17:34 Publié dans Actualités, Contributions individuelles, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Merci...enfin quelqu'un qui pense que les rêves font avancer le monde.

Nous les candidates de la liste 13, rêvons!

Nous avons publié nos rêves sous le titre, lettre à l'enfant du futur ?

Oui, vous avez raison, foi de bride sur le cou....les heureux élus à la constituante, devront rêver et se laisser aller à imaginer "un monde meilleur!

Anne-Marie Digny Candidate liste 13

voici ma lettre

------------------
Mes Chers Petits,


Nous sommes en 2008 et Genève veut revoir sa constitution. Je me suis portée candidate pour ce travail.

A l’instant où je vous écris, je ne sais pas si je serais élue, mais je rêve et je vous le transmets en héritage.

Genève s’est agrandit, les Trams que l’on avait construit à Grand Frais passeront sous la ville, ce sera un métro.
La ville sera entièrement piétonne. La population sera tellement bien éduquée, que le nettoyage ne servira qu’à ramasser les feuilles mortes et la poussière des saisons.

Personne ne pensera à jeter ses déchets au sol, les emballages de toute sortes seront bio dégra-dables et déposés dans des corbeilles de tri.

Les voitures resteront à la porte de la ville, où il y aura suffisamment de moyens pour se rendre n’importe où, dans le canton.

Si toutefois, il faudra utiliser sa voiture, elle roulera sans polluer. Les Genevois, iront à vélo car il y aura des pistes adaptées, partout en ville et dans le canton. Je n’ose imaginer, que d’autres engins auront vu le jour pour se déplacer, silencieux et propres.

Il y aura suffisamment de logement pour tous.

Genève aura trouver un moyen pour réhabiliter des immeubles non occupés en logement sociaux.

L’hospice général et l’assurance invalidité ne seront plus les garants d’un minimum pour vivre.

On aura trouvé un système qui permettra de vivre dans la dignité, que l’on soit vieux, invalide ou sans emploi.

Par ailleurs, une personne sans emploi recevra la formation adéquate, afin qu’elle puisse revenir dans une activité professionnelle et si, cela n’était pas possible, attribuer à des tâches d’utilité publi-que, affecté aux scolaires ou aux personnes âgées, par exemple. Il servira la communauté avec volontariat et enthousiasme.

Chaque Genevois saura dès son entrée dans la vie active, qu’il devra construire sa propre pré-voyance, pour ne pas être à la charge des jeunes générations.

Il aura reçu toutes les informations qui lui seront communiquées dans les dernières années de sa scolarité obligatoire. Il pourra suivre des études, si il le désire, qui seront gratuites.

La consommation à tout prix, n’aura plus aucun sens, car le sens de la vie sera d’être bien dans sa peau, ouvert sur le monde, prêt à prendre des risques, s’assumer totalement.

Les Genevois, feront du sport, mangeront correctement et auront une hygiène de vie telle, que
les médecins s’ouvriront aux médecines alternatives et la prévention prévaudra, ce qui allègera les assurances maladies. Les compagnies d’assurances maladie, pourront consacrer cet argent à la recherche pour les nouvelles maladies, à venir, dues au fait que le monde sera de plus en plus petit et que les populations migreront davantage.

Les employeurs auront à cœur que leurs employés soient en bonne santé. Le « Mobing » n’existera plus et chacun ira travailler avec plaisir. En fait il aura choisi son métier, car il aura reçu une forma-tion scolaire adaptée à son projet de vie. Il aura aussi des occupations culturelles et sportives, qui le maintiendront en bonne santé mentale et physique, car on dit « Un esprit sain dans un corps sains ».
Il n’y aura plus de différences de race, car il y aura eu tellement de mélanges qu’en 2112, on ne saura plus ce que sont les frontières.

On n’aura pas peur des « frontaliers », car Genève aura trouvé le moyen de collaborer avec la France Voisine par des échanges économiques et humains.

En 2112, vous ne connaîtrez plus les frontières mais une région, « L’arc lémanique » et vous pour-rez vous installez où vous le désirez.

Il n’y aura plus les suisses de l’étranger, installer en France voisine, mais les suisses de la région de l’ Arc lémanique.

Avec son histoire et sa géographie identique, son langage unique…la langue ne sera plus un pro-blème de communication entre les peuples, mais un moyen de se comprendre, s’estimer et de se respecter.

Je pourrais vous écrire encore et encore les rêves qui me viennent à l’esprit mais déjà si cela est votre monde. je suis heureuse.

Votre arrière, arrière grand-mère.

---------------------------------
Il sera une fois un été 2168… par Héléna Zanelli - candidate liste 13

Des arbres centenaires fleurissent ce jour de l’été de 2168 dans la grande étendue de la République Valdo-genevoise. Des hommes et des femmes de tous âges prennent les divers métros qui passent sous le Salève, d’autres vont à pied tout près de chez eux pour se rendre à leurs activités. Certains, de tous âges également, rejoignent en bateau le nouveau campus universitaire situé sur la grande île qui flotte sur le Lac.

Dernièrement, un jardin-crèche-école a été aménagé sur l’île pour que les membres d’une même constellation familiale puissent passer du temps avec les enfants et petits-enfants pendant la journée. Les horaires sont devenus plus souples pour tout le monde. Chacun aménage ses périodes d’études, de loisirs, de travail et de repos dans la journée selon ses besoins. D’ailleurs, l’ensemble de ses heures d’activités professionnelles, de bénévolat, de formation et de travail civique assurera ses besoins de base dans sa vieillesse, ou pendant ses périodes d’inactivité.

L’espace a été façonné au mieux pour répondre à cette flexibilité citoyenne. Les architectes urbanistes ont créé à tous les niveaux des espaces de travail, d’études, des jardins avec des hamacs pour se reposer, des espaces conviviaux fréquentés par des gens du monde entier qui se comprennent grâce à leur capteurs-traducteurs. Gadget très utile lors des assemblées communautaires trimestrielles auxquelles les habitants participent.

La prochaine assemblée régionale a lieu le 21 juin et un des points à discuter est le championnat régional des sports intergénérationnels qui a lieu tous les 5 ans à l’autre bout du lac, à Ville-ancienne. La nouvelle constitution 2168 est également en cours de révision. Notamment l’article mentionnant l’égalité entre hommes et femmes devenu complètement désuet.
Il sera une fois un été 2168…

Des arbres centenaires fleurissent ce jour de l’été de 2168 dans la grande étendue de la République Valdo-genevoise. Des hommes et des femmes de tous âges prennent les divers métros qui passent sous le Salève, d’autres vont à pied tout près de chez eux pour se rendre à leurs activités. Certains, de tous âges également, rejoignent en bateau le nouveau campus universitaire situé sur la grande île qui flotte sur le Lac.

Dernièrement, un jardin-crèche-école a été aménagé sur l’île pour que les membres d’une même constellation familiale puissent passer du temps avec les enfants et petits-enfants pendant la journée. Les horaires sont devenus plus souples pour tout le monde. Chacun aménage ses périodes d’études, de loisirs, de travail et de repos dans la journée selon ses besoins. D’ailleurs, l’ensemble de ses heures d’activités professionnelles, de bénévolat, de formation et de travail civique assurera ses besoins de base dans sa vieillesse, ou pendant ses périodes d’inactivité.

L’espace a été façonné au mieux pour répondre à cette flexibilité citoyenne. Les architectes urbanistes ont créé à tous les niveaux des espaces de travail, d’études, des jardins avec des hamacs pour se reposer, des espaces conviviaux fréquentés par des gens du monde entier qui se comprennent grâce à leur capteurs-traducteurs. Gadget très utile lors des assemblées communautaires trimestrielles auxquelles les habitants participent.

La prochaine assemblée régionale a lieu le 21 juin et un des points à discuter est le championnat régional des sports intergénérationnels qui a lieu tous les 5 ans à l’autre bout du lac, à Ville-ancienne. La nouvelle constitution 2168 est également en cours de révision. Notamment l’article mentionnant l’égalité entre hommes et femmes devenu complètement désuet.

Helena Zanelli
Femme engagée professionnelle et citoyenne de l’été 2008

Nous sommes en 2058
Quelle beauté ce lac, ce canton, cette région! Comme vous avez bien su conserver leurs richesses naturelles durant ce demi-siècle soumis à rudes épreuves!

Assise sur mon petit nuage blanc (j’ai quitté ce monde en 2038), je survole ma ville préfé-rée avec un énorme plaisir. Patrimoine et nouvelle architecture s’entrechoquent, mais c’est positif, c’est vivant. Il fallait bien construire, et cela s’est fait de manière intelligente, convi-viale et esthétique. On sent que les habitants – d’ailleurs quel beau mélange entre vieux, très vieux, jeune, très jeune ! – adorent leurs quartiers. Les couleurs de tous les continents s’y mêlent, surtout lors des multiples fêtes traditionnelles et nouvelles. Non, je ne me trompe pas, les expressions sur les visages sont plus rayonnantes, comme sous un soleil brésilien. Et puis, il
fait plus chaud que de mon temps.

Si je n’avais pas mon petit nuage, j’aurais pris une de ces multiples navettes à l’énergie solaire. L’EPFL est formidable, quelles inventions utiles! Et la France voisine semble tota-lement intégrée. On peut aller à Evian presque aussi facilement qu’à Lausanne. Et tout le monde se promène en vélo électrique même pour aller au travail. Quel trafic de bicyclettes, attention les piétons, vous allez être en minorité! Voyageurs et cyclistes respirent la liberté et le bien-être. Les assurances vont bientôt payer les médecins et leurs «patients sains» pour cette réussite dans la prévention. Mais c’est peut-être encore un peu futuriste.

Je suis la Mouette pour rejoindre la campagne rive gauche où j’ai habité pendant 55 ans. Quel changement, comme ça s’est urbanisé, c’est ma première impression. Et puis, j’entre dans le village où les cloches sonnent toujours les heures de la journée, où les chemins de terre battue rayonnent encore du centre du village, où l’épicerie, la boulangerie, la poste, les bistrots et
les écoles permettent toujours les rencontres entre villageois.

Juste une petite parenthèse : Mon arrière-petit-fils qui a 23 ans est assistant à l’Institut européen de l’Université de Genève. Son département travaille sur la conformité de la Constitution genevoise à la Constitution européenne. Et oui, c’est fait – la Suisse fait partie de l’Europe et l’Europe a une Constitution. Mais ce qui est extraordinaire, c’est que la Constitution suisse et avant tout la Constitution gene-voise ont servi de modèles à l’Européenne. Le rôle de l’état par rapport à l’individu et par rapport à la vie en commun, qu’elle soit familiale, associative, communale ou ré-gionale est bien défini mais souple en même temps. Il y a de la place pour les tradi-tions comme pour de nouvelles propositions de vie en société. La culture en général, et les arts en particulier, ouverts à tout le monde depuis son inscription dans la Constitution de 2012, ont beaucoup contribué à l’harmonisation de la vie.

J’ai l’impression que Genève est un véritable canton des arts où les communes et la France voisine contribuent autant que la ville. La diversité est grande, du classique au contemporain, du vivant et musical au visuel, sans oublier l’art culinaire. L’autre jour, j’ai vu une affiche pour un concours de création de jeux vidéo proposé aux cycles et collèges de Genève et la région. Ce n’est pas étonnant. Genève a toujours été ouverte aux nouvelles expressions artistiques grâce à des personnalités comme André Iten qui, à la fin du siècle passé, a créé la plus grande collection suisse de vidéos d’art et une des plus importantes au niveau européen

Carola Dalmeier Zelger - candidate liste 13

voir aussi http://femmesdanslaconstituante.blog.ted.ch

Écrit par : Digny Anne-Marie | 09/10/2008

Les commentaires sont fermés.