09/10/2008

Constituante pour qui voter?

brochure comment voter.pngEnormément de personnes veulent que je publie un billet sur la constituante, j'ai décidé d'accepter, écrit Michel Tedeschi, un ancien blogueur «revenu à la vie». Pour voter c'est simple, poursuit-il, il suffit de prendre la liste neutre, écrire le nom de la liste de votre choix et ensuite ajouter vos candidats.

Ecrire le nom d’un parti ou d’une association ou directement choisir son bulletin est en effet essentiel. Le mode de scrutin proportionnel répartit les sièges d’une assemblée en proportion des suffrages obtenus par chacun des partis et associations qui aura dépassé la barre des 3%. Ce n’est que dans un deuxième dépouillement que les suffrages nominatifs permettent de désigner les élus au prorata des sièges obtenus par leur liste.

Nouvelle revue des blogs de candidats.


Battons-nous tous pour le taux de participation

Je continue mon apprentissage de la politique, y compris bien sûr la distribution de prospectus sur les marchés. J’avais une idée préconçue assez négative sur l’utilité de ce type d’activité. Je me trompais. Les discussions avec les gens qui acceptent de passer quelques minutes à parler de la Constituante sont plus instructives que tous les débats de Radio Cité réunis. http://jesusmartingarcia.blog.tdg.ch

Jesus Martin-Garcia

Ritualisons le partenariat Etat-associations!

Il faut inscrire dans la constitution le rôle complémentaire des associations dans le fonctionnement d’une communauté humaine. Il faut valoriser leur expertise de terrain. Il faut ritualiser les moments où se construit le partenariat : définition des objectifs, des indicateurs partagés qui permettront de vérifier l’adéquation entre la ou les prestations et le ou les besoins de la population ciblée. http://boris-drahusak.blog.tdg.ch

Boris Drahusak


La femme alibi

Le débat organisé mardi en fin d’après-midi à la Salle Centrale par l’Esprit de Genève traitait d’un sujet provocateur, écrit Genevière Preti dans le blog http://femmesdanslaconstituante.blog.tdg.ch  « A-t-on encore envie de vivre ensemble! » Est-ce un hasard ? Une seule femme, Rivka Gianni, candidate de la liste 13 Femmes dans la Constituante, au milieu de six hommes. Deux points au cœur des débats les des droits civiques des étrangers

 

Constituante : Ne pas jeter la pierre !

Les déclarations, sur Radio Citée, de  Hani Ramadan sur la lapidation, me font dire que non seulement le principe de laïcité doit être ancré dans la nouvelle Constitution mais également le principe qu’aucun droit religieux n’est supérieur au droit constitutionnel de la République. En revanche, la religion étant un facteur important de notre histoire et de notre culture, elle doit faire l’objet d’un enseignement. Un enseignement qui nous éclaire sur ses contributions à nos civilisations et qui nous ouvre les yeux sur les divisions et les conflits qu’elle a générés. http://constitublograymondloretan.blog.tdg.ch

Raymond Loretan


Recette de campagne

Pour bien vivre la campagne électorale pour la Constituante prenez un grand bol d’idéal qui vous tient à cœur, saupoudrez d’une poignée de personnes qui touillent dans le même sens. Ajoutez une belle ration de volonté, une grosse dose de courage. Assaisonnez d’une pincée d’humour et d’autodérision. Réchauffez doucement sans cesser d’écouter le public cible. N’oubliez pas une ou deux cerises de compassion pour certaines personnes qui pensent que vous êtes leur ennemi. Pétrissez longtemps. Mouillez avec de grandes louches d’amitié et de complicité. Servez sans attendre avant le 19 octobre.  Librement adapté de la note publiée par Barbara Pfenniger dans http://femmesdanslaconstituante.blog.tdg.ch



La dette, la crise, Marx et la Constitution    

En 20 ans, la dette publique du canton a presque quintuplé : elle était de 2,9 milliards en 1985 et elle atteint 12,7 milliards en 2005. Par ailleurs, l’ensemble des dettes communales oscille entre 2,2 et 2,4 milliards par année pour la période 2000-2006. Par conséquent, en 2006, le cumul canton et communes donne : 15,4 milliards. Depuis lors, nous sommes sur une pente descendante et devrions atteindre 12 milliards pour la dette cantonale. Ajoutons le service de la dette : 400 millions pour les dettes publiques cumulées. Certes, on contestera le détail de ces chiffres, la notion même de dettes publiques, mais on ne saurait mettre en cause l’ordre de grandeur. http://leblogdejeanpraz.blog.tdg.ch

Jean Praz

 

16:50 Publié dans Actualités, Blog de candidats | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.