16/10/2008

Sondage "sortie des urnes": les partis "européens" minoritaires

pronostic sondage mediastar.pngLa publication mardi dans la Gazette de la Constituante du premier pronostic du résultat de l'élection constituante de dimanche a suscité l'intérêt des internautes et la publication de quelques commentaires intéressants. J'en extrais un en particulier qui donne à connaître le résultat non pas d'une pure supputation, mais, nous assure notre correspondant, d'un vrai sondage effectué par l'Institut connu en Suisse pour le compte d'une Institution à ce satde inconnue. Ce sondage a été effectué auprès de mille personnes ayant déjà voté. [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

La réalisation de ce sondage aurait nécessité de contacter plus de cinq mille personnes. Les résultats sont intéressants mais à prendre avec les réserves d'usage. La marge d'incertitude de 4% ne permettant guère d'affirmer quoi que ce soit pour les petites listes.


Les résultats de ce sondage donne globalement la droite gagnante avec une forte présence du MCG et de l'UDC (chacun 8 sièges) qui constitueraient à eux deux 20% de l'Assemblée.

Le Parti du Travail associé aux communistes n'obtiendrait pas le quorum de 3%. En revanche, la liste des Associations ferait jeu égal avec celle du Parti socialiste (7 élus) et devancerait d'une tête les radicaux et les PDC (6 élus chacun).

La liste des patrons g[e]'avance parviendrait à faire élire 8 constituants en mordant un peu sur l'électorat libéral, qui résiste bien tout de même et resterait le premier parti de l'Assemblée avec les Verts (9 élus chacun). 

A noter encore que les partis issus de la "société civile" rafleraient près de 30 sièges et que les partis politiques nationaux européens (sans la droite extrême ni la gauche extrême) se retrouveraient minoritaire dans l'assemblé: libéraux, radicaux et PDC ne représentant que 21 sièges, socialiste, Verts que 16 sièges.

JFM

pronostic sondage mediastar.png

 

09:50 Publié dans Actualités, Contributions individuelles | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Avez vous d'autres données que celles que Charly Schwarz nous donnait sur votre précédent billets ? Parce que si non, quelques erreurs se sont glissées dans votre camembert : tout d'abord, G[e]'avance rejoint les libéraux et les verts avec 9 sièges, les radicaux en décroche 7 et les associations se contente de 5 fauteuils.
Bien à vous.

Écrit par : Henry D. | 16/10/2008

Cher Henry D. Les résultats de ce sondage que je n'ai pas eu en mains m'a en effet été transmis par Charly Schwarz. Les commanditaires du sondage s'intéressent semble-t-il aux résultats en pourcentage et non aux résultats en sièges. C'est donc Charly Schwarz qui a calculé le résultat en sièges. Comme déjà indiqué dans mon premier billet sur le pronostic pour dimanche, le nombre de liste, le niveau du quorum, le non apparentement des listes, le taux de participation, le taux certainement élevé du panachage et des listes neutres rendent toute évaluation du résultat hautement délicate. Faut-il pour autant renoncer à cet exercice? Bien à vous. JFM

Écrit par : JF Mabut | 16/10/2008

Pas du tout ! je le trouve au contraire très intéressant. Voyez mon précédent commentaire comme une simple curiosité de ma part.
Je profite aussi de ce commentaire pour vous remercier de votre couverture de cette campagne qui n'a, semble-t-il, pas passionné outre-mesure les média.

Écrit par : Henry D. | 16/10/2008

Je vous rejoins pour saluer l'immense travail effectué par la Tribune de Genève en général, et Monsieur J.-F. Mabut en particulier dans cette élection.

Ce travail rend encore plus désolant et scandaleux le faible taux de participation prévisible. Pourtant les électeurs ont reçu toutes les informations nécessaires à forger leur idée dans un scrutin certes à l'enjeu complexe et ardu de prime-abord, mais généralement bien expliqué durant des mois. Ajoutons que M. Décaillet et M. Keller, tant sur Léman Bleu que sur Radio Cité, se sont également transformés en journalistes "citoyens", afin que les électeurs puissent faire la connaissance de toutes les listes, et assister même à la confrontation de leurs idées.

Le reste de la presse n'est pas en reste, la plupart des médias genevois ont joué le jeu, en organisant par exemple des débats publics (GHI), même s'ils étaient peu suivis) ou en évoquant les enjeux (Tout l'Immobilier, le Courrier).

Cette désaffection des électeurs pour une élection cruciale est réellement inquiétante et constituera une difficulté supplémentaire à laquelle seront confrontés les Constituants : quelle sera leur légitimité alors qu'à peine un peu plus d'un tiers des Genevois aura daigné voter ?

Quant au sondage, s'agit-il d'info ou d'intox ? Je vois mal une quelconque Institution dépenser des sommes importantes pour un résultat inutile sur le moment et qui sera de toute manière connu dimanche...

Écrit par : Soli Pardo | 17/10/2008

Ce "sondage" (si nous parlons du même, celui évoqué par C. Schwarz) qu'on nous présente comme ayant effectué par un institut "connu" mais dont on ne nous donne pas le nom, pour le compte d'une institution restant inconnue, me parait devoir être pris avec de très longues pincettes... ou être pris plutôt comme l'expression d'un souhait que comme celle d'une prévision...
Et je ne vois d'ailleurs pas comment sur un "échantillon" de 1000 personnes ont peut obtenir des pourcentages de suffrages au dix-millième près. Sur un tel échantillon, une personne interrogée pèse 0,1 %, ni plus, ni moins...

Écrit par : Pascal Holenweg | 17/10/2008

Comme beaucoup de candidats, je viens de passer 3 samedis de suite à tracter et à discuter avec les électeurs dans la rue.

Voici mon analyse à 2 Fr sur ce taux de participation très bas. Les électeurs ne votent pas, parce que :
1) ils sont déçus par la politique, "de toute manière ça ne change rien, regardez l'histoire de la fumée"
2) ils sont désintéressés de la politique et/ou ils ne veulent pas comprendre.

Solution possible : plus de démocratie participative?

Écrit par : Wouter van der Lelij | 17/10/2008

Quand on voit à quoi s'ocuppent nos "brillants" élus, petites gue-guerres intestines, le manque de professionnalisme (cf le reglement antifumée qui baffouait la loi) etc etc et j'en passe et des meilleures, de ces merveilleuses Genferei qui nous ridiculisent dans tout le pays, comprenez que le citoyen lambda n'a pas envie de voter, (Bland bonnet, bonnet blanc)

Écrit par : jiPé | 17/10/2008

Le citoyen lambda n'a pas envie de voter ? Et bien il a tort.
Qu'il choisissent l'argument massue, mais vraiment facile, du genre " de toutes manière ça ne change rien" ou qu'il n'aient pas envie de faire l'effort de comprendre et de faire des choix, il a tort.
D'abord parce que son abstention est une vraie manière de s'exprimer. En exprimant "choisissez ce que vous voulez, je m'en tape", il cède en effet une partie de ses droits civiques à quelques 30% ou 40% de citoyens trop heureux de pouvoir décider à sa place, surtout s'ils ne partagent pas son avis.
Ensuite parce qu'il se prive du droit de pouvoir râler après coup lorsque les décisions prises entravent sa liberté ou ne sont pas celles qu'il espérait. De pouvoir râler de bonne foi s'entend !
Mais c'est peut-être cette aptitude qui, à Genève, finalement, nous caractérise : être capable de râler en toute mauvaise foi.

Écrit par : Christiane Favre | 20/10/2008

Les commentaires sont fermés.