18/10/2008

"Il faudra dissoudre la Constituante!"

constitution big.jpgAu cours du seul débat public organisé par un média, dans lequel les 18 partis et associations étaient représentés - c'était à Uni-Mail le 2 octobre par GHI -, Pierre Vanek de la liste Solidarités Gauche en mouvement a déclaré que la première décision de la Constituante devrait être de se dissoudre et de demander au Grand Conseil de nouvelles élections dans lesquelles les étrangers établis à Genève pourront participer.

Dans un billet publié ce matin sur son blog http://causetoujours.blog.tdg.ch, le socialiste Pascal Holenweg revient sur cette problématique. Et déclare que s'il n'est pas élu il fera de toute manière partie de la vrai constituante, celle des Genevois non représentés dans la nouvelle assemblée. De quoi alimenter l'idée d'un wikiconstitution!


L'élargissement du corps électoral à l'ensemble de la population adulte est certainement l'un des enjeux majeur de la Constituante, mais il ne garantit certainement pas un taux de participation plus élevé. Il ne résout pas non plus la représentation appropriée des quelque nonante (?)* mille travailleurs habitants hors du canton* et dont 51'573 d'entre eux - les frontaliers établis en France - paient l'impôt sur le revenu.

(JFM)

 * Combien sont-ils les travailleurs domiciliés hors du canton? Impossible de trouver cette information facilement sur le site de l'Office cantonal de la statistique qui ne recense précisément que les titulaires d'un permis de frontalier, lesquels sont un peu plus de 62'000, dont 51'573 actifs à fin juin 2008. La dernière publication de l'OCSTAT intitulé Economie genevoise d'octobre 2008 (5,2 Mo, 30 pages) contient un chiffre approximatif: "plus de 24'000 pendulaires"... Les silences et approximations de la statitistiques sont bien bavards, vous ne trouvez pas!

 

09:05 Publié dans Actualités, Débats publics | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Mon doute, lorsque l'on m'avait demandé de rejoindre tel ou tel liste devient réalité, bien plus vite que je l'espérait.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/10/2008

La proposition de M. Vanek est invraisemblable.

Je ne parle pas de la question de fond du droit de vote des étrangers, qui fera certainement l'objet à l'Assemblée constituante de débats.

Je parle juste de la forme, qui montre certaines listes ne sont pas là pour placer des élus qui vont travailler à rédiger, comme la loi constitutionnelle leur en donne mandat, un projet de révision totale de la constitution. Non, M. Vanek se présente pour faire du cinéma, dire n'importe quoi, à seule fin de profiter de ce qu'il considère comme une simple tribune, un simple haut-parleur pour ses idées. Il sera très difficile de travailler avec des gens comme cela.

Pourquoi ce que souhaite M. Vanek est-il incongru :

1) Parce que l'Assemblée constituante n'a pas le pouvoir de s'auto-dissoudre. Son existence relève d'une loi constitutionnelle qui ne prévoit d'autre cas de dissolution que la fin de son mandat.

2) Parce qu le mandat constitutionnel dont elle est chargée est d'élaborer un projet de révision totale de la Constitution, et non de demander au Grand Conseil (?) de nouvelles élections dans lesquelles les étrangers pourraient voter. Pour ce faire, il faudrait une révision partielle de la constitution.

Partant déjà avec des visions fantaisistes de ce qu'est une Assemblée constituante, ignorant tout du processus juridique que doit suivre une telle assemblée, renonçant tout de suite à œuvrer ce pour quoi ils seraient élus, certains candidats démontrent qu'ils ne seront que poids mort s'ils siègent, forces réactionnaires entravant le mandat conférés par le peuple à 80 personnes chargées d'une tâche bien précise.

Le règlement qu'adoptera la constituante doit impérativement prévoir que de telles inepties ne passent pas le stade de l'entrée en matière.

Écrit par : Soli Pardo | 18/10/2008

Vaneck prêt à tout pour revenir sur la scène politique...

Écrit par : sirène | 18/10/2008

Il est vrai que l'élargissement du corps électoral (aux étrangers résidents, d'abord) n'implique pas -au contraire- une augmentation de la participation -mais il implique cependent un renforcement de la légitimité du vote, puisque la majorité de la population en disposerait -l'abstention étant un droit démocratique comme le droit de vote.
Quant à la dissolution de la Constituante, elle n'aurait pas beaucoup de sens (elle pourrait cependant être opérée par voie d'initiative populaire). C'est la raison pour laquelle j'ai parlé de la subvertir -de l'intérieur ou de l'extérieur- ce qui suppose qu'elle soit maintenue : on ne peut guère subvertir ce qui n'existe plus.

Écrit par : Pascal Holenweg | 19/10/2008

Les commentaires sont fermés.