21/10/2008

Comment passer le mur du son en politique?!

hydroptere.png"Ne me dites que deux tiers des citoyens «se foutent» de la politique, j’ai de peine à le penser." Charly Schwarz, l'animateur branché de la liste des Associations qui a juste sauvé sa peau dimanche, dit ce matin sur son blog tout haut le sentiment de la plupart des démocrates bon teints. Pourtant la vérité est bien là, cruelle dans la sobriété d'un chiffre précis au centième: 67,07% des Genevois se sont fichus de la Constituante.

Ce matin sur la RSR, Jean-Olivier Pain nous parlait du mur du vent, à propos de l'hydroptère dont un prototype hydroptere.ch tentera de dépasser les 100 km/h sur le Léman l'année prochaine. "La difficulté explique un des scientifiques de l'EPFL, c'est de franchir les 49 noeuds, vitesse à laquelle l'eau se vaporise. C'est aussi délicat que de passer le mur du son." Il en va peut-être de même en politique:

Passer le mur de l'abstention requiert un enjeu exceptionnel, une volonté de fer, des technologies innovantes, des pilotes ultraprofessionnels et des moyens importants. Rien de tout cela n'était réuni lors de la campagne de la Constituante.


Enjeu nul. Certes la révision totale d'une Constitution vieille de 161 ans n'est pas banale, mais l'enjeu pour Genève était flou. Personne n'a proposé de changer de régime politique. Proposer plus de démocratie n'a pas plus au peuple qui se sent déjà trop souvent dépassé par les questions que lui pose le système actuel. Et les multiples propositions de réformes des communes, de la gouvernance du Conseil d'Etat ou de celle du pouvoir judiciaire n'ont fait que contribuer à brouiller le message. 

Pas un pilote ultraprofessionnel dans le bateau. Résultat, la campagne a été molle, tardive, sans relief. 527 candidats - la plupart ingénus voire naifs sont restés inconnus du public. 18 listes dont les deux tiers sont sans réalité ni représentation au-delà des frontières cantonales, c'était manifestement trop. La bonne volonté ne suffit pas à créer cette confiance - denrée si rare aujourd'hui - qui mobilise les foules. La question du professionnalisme va d'ailleurs devenir cruciale en politique. Les citoyens, qui sont si exigeants lorsqu'ils sont consommateurs, vont-ils accepter encore longtemps de payer au même tarif tous les élus, y compris les carpes et les manchots?

Aucune volonté ou si peu. Des institutions absentes, un Conseil d'Etat qui se confine au rôle technique d'installateur d'assemblée, un Grand Conseil grognon et dédaigneux, qui veut bien prêter SA salle à cette cigale importune qui promet des lendemains qui chantent. L'enseignement public qui rate l'occasion d'une magnifique leçon de civisme. Des communes atones, endormies dans leur berceau de la démocratie. Des partis et des associations sans moyen ni imagination. 

Aucune innovation technologique. Le vote électronique, dont on parle depuis dix ans, est toujours dans les limbes. D'aucuns voudraient même le renvoyer aux Calendes grecques. Aucun affichage électronique dans les lieux passant offrant aux partis et aux citoyens l'occasion d'entrer en interaction. Aucune publicité à la télévision. Aucun rappel des enjeux par SMS, courriels. Un matériel de vote et d'information (brochures et FAO) indigne du XXIe siècle. Aucun événement propre à mobiliser les grands médias populaires (télévision et gratuits) qui ont tout simplement ignoré la campagne. Seuls les médias locaux ont modestement couvert l'événement et ont organisé à leurs frais des débats spectacles (talk-shows ou foires d'empoigne) répétitifs.

Aucun moyen. A l'exception de g[e]avance et du parti libéral qui ont dépensé plus de cent mille francs, les autres partis n'ont déboursé que quelques dizaines de milliers de francs. Et les plus petits, y compris les Associations et le MCG  n’auront pas droit à la subvention de 10'000 francs réservées aux listes qui auront recueillis plus de 5% des suffrages.

Au fond, c'est déjà un miracle que 33 % des Genevois soient allés voter. Et cela met au défi la classe politique de franchir le mur de l'abstention et la Constituante quand elle voudra entrer en débat avec les Genevois.

 

J.-F. Mabut

08:04 Publié dans Actualités, Contributions individuelles, Débats publics | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Jean-François,

je vous rejoins... 32,97 %... c'est un très petit score participatif.

Il manquait une liste... la 19...

Une liste qui aurait remis en cause la démocratie par exemple... les gens ne votent presque plus sur des idées... mais de façon hypodermique en réaction à quelque chose.

C'est bien dommage.

Toutefois, il faut reconnaître que les électeurs ont quand même remonté le taux de 27,52 le vendredi à presque 33 le dimanche. Un dernier sursaut de 5 à 6 %.

Mais je vous rejoins, le manque d'interaction avec le politique est évident.

Quant au vote éléctronique... il n'amènera rien... en plus d'être dangereux pour le fonctionnement de notre démocratie.

Il est plus simple de voter par correspondance que par l'éléctronique.

Il nous faut réfléchir à un moyen de ramener les gens à voter.

La prochaine votation sur les stupéfiants, espérons le, aura cet effet éléctrochoc sur la population.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/10/2008

Bonjour à tous,
D'abord, M. Mabut, merci encore une fois pour votre couverture exemplaire de cette constituante.
Je partage totalement votre analyse.

Concernant le taux d'abstentionnisme extrêmement élevé, il faut quand même dire que c'était aussi le rôle des "hors-partis" d'aller chercher ces déçus de la politique. Donc à la limite, le résultat de dimanche est un double échec de la part des listes hors-partis…

Et malgré toute critique qu’on pourrait exprimer sur la composition de la Constituante (« trop vieux », « trop masculin », « trop politique », etc…) ainsi que le faible taux de participation, je pense qu’il faut maintenant laisser toutes les chances aux constituants élus de pondre quelque chose dont Genève peut être fier.

Notre groupe www.proposition.ch va rester ensemble pour suivre, avec beaucoup d’intérêt, les progrès de la Constituante.

Quand à l’avenir, Rome ne s’est pas construit en 1 jour….et je suis très optimiste sur la bonne volonté de la majorité des citoyens de chercher l’intérêt général!

Écrit par : Wouter van der Lelij | 21/10/2008

Les commentaires sont fermés.