29/12/2008

La Constituante, hésitante mais désormais affermie

kunz Pierre constituante.jpgC’est vrai, les premiers pas de la Constituante élue par les Genevois en octobre dernier furent quelque peu chaotiques. Bien des hésitations, en effet, ont précédé la fixation du lieu de la cérémonie d’installation de l’Assemblée, moult décisions contradictoires ont été prises pour déterminer où se tiendra la cérémonie d’assermentation et la première séance plénière de travail et bien des tâtonnements ont entaché le traitement des questions d’intendance apparemment les plus anodines.

Mais pouvait-il en aller autrement ? Qui pouvait penser raisonnablement que tout allait se passer sans heurts et sans hésitations? Pierre Kunz, chef du groupe Radical-Ouverture, analyse ci après les premières semaines de la nouvelle née.

[Rappel: la Gazette de la Constituante est un blog ouvert à tous. Chacun peut proposer un article en l'adressant à blog@tdg.ch]


Il convient de considérer en premier lieu que les trois quarts des élus n’ont aucune expérience politique. Ils sont pleins de bonne volonté, d’imagination et d’idéaux mais ce cocktail ne fournit guère de solutions aux nombreux problèmes pratiques et d’organisation d’une assemblée législative de quatre-vingt personnes. Il a donc fallu du temps aux moins expérimentés pour se rendre à l’évidence : les délais impartis et l’organisation du travail législatif, fut-il constitutionnel, imposent davantage de pragmatisme que de singularité et de génie créatif. Ce dernier sera requis ultérieurement, lorsqu’aura débuté le débat politique.
D’autre part il est rapidement apparu que le Grand Conseil, lorsqu’il a élaboré la loi établissant la Constituante, n’a que très partiellement défriché le terrain qu’occupe celle-ci. En la laissant totalement libre de s’organiser il lui a certes fait grande confiance mais simultanément lui a singulièrement compliqué la tâche. Les faits ont montré que le Grand Conseil aurait dû imposer au Conseil d’Etat sa collaboration active lors de ses premiers pas. Bien du temps aurait ainsi été gagné et bien des errances évitées.
Il n’en reste pas moins que, malgré ces conditions de démarrage délicates, depuis leur élection, les constituants n’ont pas chômé. Et d’une manière générale on peut dire que le travail s’accomplit dans une atmosphère empreinte de sérieux, de positivisme et de respect. Deux groupes se sont mis au travail.
Le premier consiste dans un bureau provisoire composé d’un représentant par liste. Il est chargé d’organiser les premières réunions plénières et de préparer l’engagement du personnel administratif dont aura besoin la Constituante pour fonctionner personnel (procès-verbalistes, secrétaires scientifiques des commissions, etc.).
Le deuxième groupe est la « Commission du règlement », formée elle aussi d’un délégué par groupe. Sa mission, essentielle, est de rédiger le règlement qui déterminera le fonctionnement de la Constituante. Y seront définis notamment le système présidentiel choisi, le nombre des commissions, leur composition, les temps de parole en plénière, etc. Ce règlement sera bien entendu soumis au vote de l’Assemblée lors de sa première réunion.
On sait maintenant que cette première réunion plénière a été fixée au lundi 2 février prochain et que, très probablement, elle se tiendra finalement, et logiquement au vu des infrastructures qui l’équipe (vote électronique, enregistrement du mémorial, micros, etc.) dans la salle de l’Hôtel-de-ville, celle qu’occupent déjà le Grand Conseil et le Municipal. Son ordre du jour est également connu : assermentation des élus, adoption du règlement, élection de la présidence et du bureau.
Gageons que les constituants seront ravis de s’engager ce soir-là dans le vif de la mission privilégiée que les Genevois leur ont confiée.

Pierre Kunz, chef du groupe Radical-Ouverture

14:10 Publié dans Contributions individuelles | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Bien content d'apprendre que la Constituante se met en place malgré des conditions logisitques assez difficiles un un budget plutôt serré.
Je souhaite à tous-tes les élus-es une fructueuse première année de travail.

P. Losio
député

Écrit par : pierre losio | 29/12/2008

Les commentaires sont fermés.