27/01/2009

Au son du canon!

canon AncienArsenalC3.jpgLe jour de gloire arrive. La Constituante est convoquée ce jour à s'assembler le lundi 2 février, jour de la Chandeleur, à 14 heures, en la salle du Grand Conseil qui jouxte la Tour Baudet, haut lieu du pouvoir politique genevois.

Les 80 élus adopteront leur règlement interne, dont les dernières divergences devraient être aplanies ce soir, jusqu'à point d'heure si nécessaire. L'assemblée élira son bureau de onze membres dont quatre présidents. Non seulement l'Avivo, mais l'UDC promet de présenter au moins un candidat pour contester les élus probables.

Sur le coup de 19 heures, elle se réunira sous l'ancien Arsenal, où, en présence des corps constitués et du bon peuple de Genève, elle prêtera serment solennellement. Avant de partager avec le dit bon peuple une soupe républicaine, cuite à l'énergie renouvelable et garnies de légumes du cru.


Certaines mauvaises langues s'amusent de ce décorum de quatre sous. Pas d'accord citoyen! La modestie est une vertu que notre société a hélas oubliée. La soupe populaire servie sous l'ancien grenier de la République a un goût de souveraineté alimentaire et même identitaire, qui devrait satisfaire jusqu'au ténor de l'indépendance genevoise.

Le grenier de la République abrite aujourd'hui les archives du canton. Sa mémoire donc. Peut-on rêver plus beau symbole en ces temps où Facebook crée des communautarismes de voisinage et les journaux gratuits donnent à l'actualité toute sa valeur.

La proximité des canons n'a-t-elle pas des relents militaires. A tout prendre, Dieu en sa cathédrale civile serait plus fréquentable (surtout depuis que l'Obamania l'a remis en selle lors d'une prestation de serment à ciel ouvert). Ils sont eux aussi la mémoire d'une Ville qui dut défendre sa liberté les armes à la main.

Le défi, aujourd'hui, est de faire sauter la deuxième enceinte qui corsette le canton: la frontière nationale. Ainsi les fils de Fazy seront les dignes successeurs de leurs pères, qui ont eu cette audace formidable d'abattre les remparts, et de donner, hier à la Ville, aujourd'hui au canton, l'espace qui sied à son développement en cette aube naissante du XXIe siècle...

Merci aux blogueurs de poursuivre cette ode improvisée, dont pourra peut-être s'inspirer le premier président de la Constituante.

JFM

15:41 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Ôter les corsets qui asphyxient Genève ne sera pas une mince affaire en cette année qui commémore le 500 e anniversaire de Calvin et inaugure la nouvelle Constituante...

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | 27/01/2009

le lieu est en effet symbolique:
Les constituants auront le dos à la cathédrale, le poitrail offert aux canons et les boulets aux pieds.
Il pourront même faire du foin puisqu'ils seront sous l'ancien grenier. Il est vrai aussi que le grain à moudre ne sera pas ce qui manquera.
Ils seront sous les archives ce qui, vu l'âge moyen de l'Assemblée semble effectivement plus approprié que d'être à côté du registre des naissance.

Cette mascarade augure mal du résultat car une collectivité qui n'est plus à même de célébrer les étapes importantes de son histoire est en predition.

Cela prouve qu'il n'y a pas que le CEVA qui déraille, le monde politique dans son ensemble semble bien atteint du syndrome de la petitesse!

La seule nouvelle plutôt étonnante est que le règlement soit bouclé dans ce qui semble bien être un temps record comparé aux autres constituantes.

Cela tendrait à prouver que les pousseurs aurait pris le pas sur les freineurs et que le contenu l'emporterait sur l'emballage!

Écrit par : Jean Canal | 27/01/2009

Les commentaires sont fermés.