09/03/2009

La Constituante doit-elle se pipoliser?

20minutes kasser 9 mars.jpgLa Constituante peine encore à intéresser les médas. Faute de place, la Tribune n'a pas publié l'article de Marc Bretton ce matin. Elle cite cependant dans sa revue des blogs, en page 36, l'action des Femmes pour la parité. Un communiqué que reprend également le gratuit 20 Minutes, sans dire un mot toutefois sur le journée de remue-méninges des constituants, mais en l'illustrant du joli minois de Louise Kasser, jeune icône de l'assemblée des sages. Pour accéder aux médias, la Constituante doit-elle se pipoliser, adapter sa communication à l'air du temps? Une question qui doit tarauder son Bureau exécutif. [cliquer sur l'image pour l'agrandir.]


Le billet posté par Denise Martin sur le blog Femmes pour la parité a suscité un échange intéressant entre le député Claude Marcet et Maryelle Budry:

"Organiser la politique en fonction d’un principe de parité hommes/femmes me semble donc très réducteur, écrit l député non inscrit. (…). Ainsi, poursuit-il, un Conseil d’Etat au sein duquel nous aurions sept femmes fort compétentes et qui agiraient dans l’intérêt de tous ne me gênerait nullement. Meilleure serait une idée visant à garantir un quota de compétence/s dans différents domaines pour éviter que certains parlent de sujets auxquels ils ne comprennent pas grand chose comme j’ai souvent pu le constater."

Un point de vue que conteste Maryelle Budry pour qui "des femmes compétentes se trouvent partout, dans tous les pays, dans tous les partis. Il faut savoir les reconnaître et les valoriser. Il faut donc un petit effort constitutionnel, comme cela s'est fait dans quantité de pays." Le débat est ouvert ici.

A signaler aussi cette intéressante contribution que Philippe Souaille vient de publier sur son blog La mondialisation humaniste, dont nous extrayons cette citation:

"Au-delà de la théorie, qui voudrait la réduire à une simple machine à produire du règlement de fonctionnement cantonal, la vraie raison d'être de la constituante c'est d'essayer de parvenir à un consensus fort, permettant de bouger ce qu'il faudra pour sortir Genève de l'ornière. On se souvient de la Nuit du 4 août, moment décisif de la Révolution française qui vit les représentants de la Noblesse et du Clergé, voter comme un seul homme avec le Tiers-Etat l'abolition des privilèges qui paralysaient l'évolution de la société d'alors."

JFM

Petit rappel: La Gazette de la Constituante a vocation de suivre l'actualité de l'assemblée chargée de pondre la loi fondamentale du canton d'ici 2012. Ce blog est ouvert à vos contributions. Adressez  vos textes à blog@tdg.ch.

09:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

La pipolisation n'est certainement pas l'unique manière de faire parler d'une manifestation ou dans le cas présent d'une institution. Il est vrai que c'est un métier qui ne s'improvise pas. Mais il est tout à fait possible de parvenir à susciter l'intérêt des journalistes et du public en respectant le sujet et sans tomber dans le vulgaire. Même si évidemment, quelques visages connus pour incarner un projet sont toujours utiles.
Merci par ailleurs pour le qualificatif "intéressant". Il va de soi que le happening d'une nuit du 4 août n'est ici qu'un exemple. Ce qui est en jeu, c'est d'abord la problématique des zones à bâtir et d'une mobilité pour tous, qui soient respectueuses de l'environenemnt et des habitants.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.