21/01/2010

Au nom de Dieu tout puissant!...

dieu c'est la terre.png"Pour favoriser l'épanouissement de chacun dans une société harmonieuse qui respecte la Création comme berceau des générations à venir, soit ouverte au monde et s'y sente unie, mesure sa force au soin qu'elle prend du plus faible de ses membres, et conçoive l'Etat comme l'expression de sa volonté, le peuple du Canton de Vaud se donne la Constitution suivante : "

Tel est le préambule de la Constitution vaudoise de 2003.

Quel sera le préambule de la Constitution genevoise de 2012? On ne le saura pas cet après-midi. Mais l'on saura si la Constituante de Genève opte pour ou contre le principe d'un préambule.

Tel est le plat de résistance de la première session plénière de l'année 2010.  Pour le reste on procédera à l'élection des présidents trimestriels de l'Assemblée appelés à remplacer les quatre de l'année dernière et l'on entendra avec intrérêt un rapport de la commission 3 sur la gouvernance du canton. La séance est publique.


Personne parmi les constituants - sauf surprise cet après-midi - ne réclamera d'invoquer Dieu tout puissant comme c'est le cas dans la Constitution fédérale de l'Etat suisse (voir ci-dessous). Personnellement je le regretterait. Dieu s'étant retiré des affaires du monde, il a laissé largement assez de liberté à l'humain pour qu'il puisse s'auto-détruire. Il n'y a donc pas de risque qu'il intervienne et envoie ses anges comme Obama ses boys en Haïti.

Dans le Courrier de ce lundi, le journaliste Rachad Armanios a anticipé le débat en posant la question "La spiritualité a-t-elle sa place dans la Constitution genevoise?" On en attendait pas moins de l'ancien journal des catholiques de Genève, passé depuis quelques décennies sous divers oriflammes de la résistance aux forces du marché et au capitalisme.

Pas de Dieu tout puissant donc dans la Constitution genevoise. Calvin est bien mort depuis quatre siècles. Mais un zeste de spiritualité paraît s'imposer.  C'est du moins l'avis de Maurice Gardiol, président de la commission 1, qui le précise dans son blog résistance et ouverture.

«Il n'est pas question de faire mention de la divinité, afin de respecter la laïcité, précise au Courrier l'ancien modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres et constituante socialiste. Mais ce principe ne doit pas exclure la possibilité de mettre en évidence la dimension spirituelle et culturelle de la vie et de l'être humain, dans un esprit d'ouverture et de tolérance. Cela permet de reconnaître des démarches qui vont au-delà de l'aspect matériel et matérialiste des choses, comme l'accompagnement des gens en fin de vie, mais aussi des moments plus heureux de l'existence.»

En amont de ce lobbying pro-préambule, on trouve, note Le Courrier, des pétitions respectivement des Eglises catholique et protestante adressées à la Constituante. "Elles veulent que ce soit dans le cadre d'une prise en compte de la dimension spirituelle de la vie que la charte fondamentale reconnaisse leur rôle et leurs contributions, ainsi que celles des communautés religieuses."

 

Au nom de Dieu Tout-Puissant!

Le peuple et les cantons suisses,

Conscients de leur responsabilité envers la Création,

Résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,

Déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,

Conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures,

Sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,

Arrêtent la Constitution1 que voici:

Commentaires

Pour faire bonne mesure, voici le préambule de la Constitution du canton de Neuchâtel, l'autre canton laïque de Suisse, qui date du 24 septembre 2000.


" Le peuple du canton de Neuchâtel,

conscient de ses responsabilités à l’égard de la personne humaine,
de la communauté, de l’environnement naturel et des générations futures,
respectueux de la diversité des cultures et des régions, soucieux d’assurer, autant qu’il dépend de lui, la liberté, la justice, la paix et la prospérité dans un ordre démocratique et d’aménager une collectivité vivante,
unie, solidaire et ouverte au monde, se donne la Constitution qui suit: "

La laïcité et les droits fondamentaux sont rappelés à l'Art 1 :

" 1 Le canton de Neuchâtel est une république démocratique, laïque, sociale
et garante des droits fondamentaux.

2 Le pouvoir appartient au peuple. Il est exercé par le corps électoral et
les autorités dans les formes prévues par la présente Constitution.

3 Le canton de Neuchâtel est l’un des Etats de la Confédération suisse.
Il comprend le territoire qui lui est garanti par la Constitution fédérale.

4 Le canton est divisé en communes, elles-mêmes réunies en districts. "



La Constitution dans son intégralité :

http://www.admin.ch/ch/f/rs/1/131.233.fr.pdf

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/01/2010

Précision bien inutile à la plupart des lecteurs, mais indispensable pour me protéger de la malveillance .... :


... C'est bien la Constitution qui date du 24 septembre 2000, pas le canton bien sûr ... ;o)

Cordialement quand même !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/01/2010

N'allons tout de même pas reprendre le préambule de cet inénarrable rupestre canton de Vaud !
Déjà que le papet vaudois est une recette inviolable et qu'il n'y en a point comme la leur.

Écrit par : Rollmops | 22/01/2010

" N'allons tout de même pas reprendre le préambule de cet inénarrable rupestre canton de Vaud !
Déjà que le papet vaudois est une recette inviolable et qu'il n'y en a point comme la leur. "

Oui c'est vrai, mais pourquoi ne pas mettre la recette de la Longeole dans la Constitution pour rebondir sur la question posée par la TdG aux anciens candidats au Grand conseil ?

Pour mémoire, la TdG avait interrogé et évalué les candidats au Grand Conseil sur leurs connaissances charcutières locales !

De préambule en longeole, on progresse dans les travaux de la Constituante. Espérons seulement qu'ils ne tourneront pas en eau de boudin !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 22/01/2010

Tout à fait Jean d'Hôtaux, mais boudin noir ou boudin blanc ?

Ô Longeole Toute-Puissante puisse tes cardons t'escalader. Tout le gratin de Piogre va t'adorer !

Écrit par : ROLLMOPS | 22/01/2010

Parler de la religion dans La Constitution n'est que pire hypocrisie. On sait déjà l'histoire de la monarchie catholique dans le temps ancien. Il faut une certaine maturité pour mélanger l'Etat et l'Eglise. En parlant de la démocratie laissez les gens choisir librement la vie qui leur conviennent

Écrit par : faire-part naissance | 09/02/2012

Les commentaires sont fermés.