04/06/2010

Des constituants désabusés: Gardiol propose "une contre-constitution"

Il n'y a pas que le vert Florian Irminggardiol maurice étranger.pnger à exprimer son ras-le-bol. Le socialiste Maurice Gardiol, qui a démissionné de la présidence de la Commission 1 et voit son travail taillé en pièces à grands coups de hache comme mardi 25 mai ou par petites entailles comme ce jeudi 3 juin, manifeste dans son blog la nécessité d'une résistance.

"Tous les Constituantes et Constituants de droite ont leur liste commune de consignes de vote, préalablement définies et verrouillées, pour l’ensemble des thèses à débattre et vote bien évidemment en bloc, écrit pour sa part Boris Calame sur Associatif et durable.


"Vu le nombre de buts et de droits fondamentaux refusés par une majorité de l'Assemblée, peut-être ferions-nous mieux d'adopter un projet de contre-constitution qui ne reprendrait que les thèses refusées !" écrit-il sur Résistance et ouverture.

"Celle-ci aurait à la fois le mérite d'être courte et de comporter au moins quelques inovations significatives alors que pour le moment nous nous orientons vers un projet fade et désuet qui aura bien de la peine à trouver une majorité significative pour remplacer la constitution actuelle." Voilà qui réjouira le radical sdf Charly Schwarz.

Le constituant socialiste exprime sûrement l'amertume de bon nombre des élus de la noble assemblée et pas seulement les élus de gauche. A droite aussi le malaise est palpable. La stratégie choisie d'élaguer prématurément les thèses préparées par les commissions laissent un goût d'inachevé. D'autant que le mode des débats conduits par paquets de 10 à 20 thèses rend leur suivi tout à fait frustrant.

On assiste à une série de monologue, chacun choisissant d'intervenir sur une thèse ou une autre du paquet. Rares sont les moments où les constituants entrent véritablement en débat.

Il faut revoir ce jeu de massacre et changer de méthode.

On peut donc se demander, ai-je écrit ce matin, si la Constituante n'aurait pas dû se contenter, avant l'été, de prendre connaissance de l'ensemble des thèses sorties des commissions et d'élaborer un mandat de rédaction clair et précis à l'adresse d'une Commission de rédaction dont la composition devrait refléter toutes les sensibilités sinon les onze groupes présents.

Du 20 septembre aux vacances d'automne, l'examen populaire de toutes les thèses mis en regard d'un mandat de rédaction exigeant un texte de 150 articles aurait clairement poser le cadre d'un grand débat populaire, laissant de surcroît le temps au Constituant d'aller dans les assemblées, dans les communes dans les écoles expliquer le but et les enjeux de leur projet. L'été indien aurait pu laisser imaginer un pique-nique républicain sur la Plaine de Plainpalais ou dans le Jardin des Bastions et dans toutes les communes à l'exemple de la fête de la musique.

JFM

PS: Question: le compte-rendu des débats en direct en vaut-il la chandelle? Merci de vos prochains commentaires critiques.

Commentaires

Tapez Harakiri sur le net et mettez, au plus vite, en pratique ce que l'on vous indiquera, pour le bien de tous!



MERCI!!!!

Écrit par : dominiquedegoumois | 03/06/2010

Juste une précision. Je n'ai pas démissionné de la Commission 1, mais seulement de sa présidence. Non seulement parce que je considère qu'il revient aux partis de l'Entente d'assumer leurs choix pour la suite des travaux de cette commission, et aussi pour pouvoir mieux disposer de mon droit de parole en son sein.

Écrit par : maurice gardiol | 03/06/2010

Les commentaires sont fermés.