02/09/2010

David Hiler siège à la Constituante

hiler à la Constituante 2 sept 10.pngLe ministre - pardon le terme n'est pas encore consacré par la Constitante - le conseiller d'Etat chargé des finances, historien de profession, David Hiler, dont on dit qu'il pourrait quitter ses fonctions après deux législatures, assiste avec une attention ensommeillée aux débats de la Constituante. Les 80 élus entament l'examen des thèses 302 relatives au pouvoir exécutif.

Peu avant 16h, le magistrat dira combien la réforme du Conseil d'Etat ne s'impose pas. Il ne se prononcera ni sur la question d'un président durable, ni sur l'élection du gouvernement sur une liste bloquée. Tout juste réclamera-t-il qu'on ne réduise pas le nombre des ministres, le mot sera validé, de cinq à sept, comme certains le demanderont en vain à droite.

 


Droite et gauche sont d'accord pour élire un président durable à la vaudoise pendant la durée de la législature portée à 5 ans, pour un mode d'élection à la majoritaire à deux tour, le premier tour coïncidant avec l'élection du Grand Conseil, peut-être pour qu'ils puissent être nommés ministre à l'étranger.

Ce sont là les points d'accord minimaux. La droite voudrait réduire le nombre des membres de l'Exécutif à 5 (Halpérin) et y associer les deux conseillers aux Etats comme ministre sans portefeuille, limiter leur mandat à deux législatures (10 ans), les élire sur une liste bloquée (radicaux avec un soutien critique des libéraux), les destituer au terme d'un vote populaire (Dimier).

Toujours en verve, l'vocat Soli Pardo, désrmais réintégré de plein droit parmi les membres de l'UDC, s'amuse de ces réformettes, propose tant qu'à faire de désigner David Hiler de chancelier de l'échiquier et le Michèle Künzler de garde des sceaux.

Prennent la parole le socialiste David Lachat qui soutient la majorité de la commission, le radical Murat Alder qui plaide pour la liste bloquée, Michel Barde, chef de groupe de la liste - multicolore mais néanmoins patronale - GE-Avance, aime assez l'idée de rebaptiser nos conseillers d'Etat ministres lorsqu'ils sont à l'égranter, n'est en revanche pas d'accord contre l'avis des autres membres de Ge-Avance avec l'élection du gouvernement sur des listes bloquées, ne trouve pas pertinente la réduction du collège de 7 à 5 ou la participation des Conseillers aux Etats.

Chaque groupe y va de sa déclaration. Aucun réel débat pour l'heure donc d'autant que le paquet en discussion comprend de nombreuses thèses controversées.

14:51 Publié dans 3 Institutions, Rapports des commissions, Séances plénières | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : exécutif | |  Facebook

Commentaires

Pourquoi ne pas en revenir à l'appellation "syndics et Petit Conseil" !!!

Écrit par : maurice gardiol | 02/09/2010

Et pourquoi Magnifiqes Seigneurs.

Écrit par : chauffat | 02/09/2010

Et pourquoi pas Magnifiques Seigneurs.

Écrit par : chauffat | 02/09/2010

Les commentaires sont fermés.