21/09/2010

Pour le plaisir du texte « L’exposé entrée en matière sur les communes » de Patrick-Etienne Dimier

Chères et chers collègues,

 

Permettez-moi après le brillant exposé de Franck Ferrier d’évoquer la réforme territoriale en vous proposant une balade parmi les communes genevoises.

 

Je dirais, pour commencer, qu’il ne faut pas se laisser berner (Bernex) par l’illusion de vouloir tout conserver en l’état. Nous devons impérativement coller (Collex) à la réalité future du Pays genevois que certains voient transfrontalier car ça sert tout (Certoux) l’ensemble et que d’autres envisagent comme simple Aire de la ville.


Quoiqu’il en soit nous devons saisir l’occasion de réformer le fonctionnement de Genève et de grâce ne confignons pas notre réflexion à des calculs comptables car le cas de Genève passerait de préoccupant à un cas rouge(Carouge) et vous verriez (Veyrier) alors nos concitoyens ne plus comprendre notre raison d’exister !

 

Il ne suffit plus d’être des gens tôt (Genthod) levés pour admirer la Bellevue qui nous est offerte matin après matin pour oser espérer qu’il en sera toujours ainsi. Nous avons certes approuvé la vocation internationale de Genève, mais cela ne suffit pas pour conforter son avenir.

 

Encore faut-il lui assurer un développement harmonieux et équilibré. A défaut nos concitoyens nous rirons au nez (Onex) et notre projet n’aura que bien peu de chance de passer la rampe qui, cette fois-ci c’est certain, dormira pour longtemps!

 

Nous ne pouvons pas nous permettre de danser le quadrille du lancier (Lancy-er) et nous devons aller de l’avant si nous voulons que les générations futures puissent longtemps encore bénéficier du jus si (JUSSY) abondant de la situation de notre petite République.

 

Vouloir la région mais nier (Meinier) en parallèle la réforme du territoire est aussi illusoire que de demander à nos voisins de ne plus être jacobins. Si nous voulons déconcentrer et décentraliser c’est le moment, il faut qu’un vent nouveau souffle sur Genève il faut surtout que ce soit un vent d’œuvre (Vandoeuvres) créateur et novateur.

 

Ce n’est pas parce que bon nombre d’entre vous connaissent la musique qu’il faut croire qu’un barde au nez fin (Bardonnex) pourrait à lui seul nous permettre d’échapper à une fausse note.

 

Non de grâce chères et chers collègues, soyons constructifs et donnons à cette jeune Eve (Genève), capitale mondiale de la paix grâce à Woodrow Wilson, qui a offert cette vocation à notre Cité au sortir de la 1ère guerre mondiale, une structure qui ne la noie pas dans les méandres de compétence mal ficelées et surtout paralysantes.

 

Genève rayonne dans le monde grâce au rameau de la Paix n’assombrissons pas son destin local par l’ombre massive de 3 Chênes plantés au bord de notre chemin constitutionnel.

 

Si nous n’avons pas le courage de soumettre à nos concitoyens un projet novateur qui décentralise les compétences nous pourrions bientôt lire ci-Gy un projet de Constitution !

 

Ayons ce courage, osons prendre l’envol, votons le modèle le plus innovant et demandons au Peuple ce qu’il en pense. Si nos idées ne lui conviennent pas, il sera toujours temps de revenir à un schéma plus classique.

 

Laissons les conservateurs croire en l’illusion du confort utopique du statut quo qui les colle au nid (Cologny), mais que les forces novatrices se rassemblent pour ne pas manquer cet important rendez-vous.

 

Ne voyez d’autre dessein ici que d’avancer et je dirais « Onex « soit qui mal y pense !

 

Patrick-E. Dimier

Commentaires

Voilà la preuve que le sieur Dimier a un gros égo:
OSER publier un texte d'une bêtise et d'une balourdise peu commune,
du genre qu'on pondait quand on était pré-ado,
et s'imaginer qu'il est nécessairement bon, puisque de sa plume!

Pauvre Dimier.

Écrit par : ifos | 21/09/2010

cher IFOS,
Votre critique montre votre aveuglement! A moins que je ne sache lire, ce n'est pas M. Dimier qui publie le texte mais la gazette de la constituante.

Pour ce qui est de la critique elle-même elle est au niveau du manque total d'humour de votre camp qui est, par nature un mauvais perdant. Je me réjouirais de pouvoir lire l'une de vos productions et de pouvoir constater que vous êtes meilleur que celui qui bénéficie de votre vindicte.

Un proverbe africain dit "ne ris jamais de celui qui se noie avant d'avoir traversé la rivière"

Soyez courageux et jetez vous à l'eau, on verra bien comment vous savez nager!

Personnellement je trouve que l'exercice du constituant Dimier, sans aucun prétention littéraire cache sur le fond des réalités politiques qui vous ont manifestement échappées. C'est normal seule la haine semble pouvoir vous animer, un peu à l'image de M. Mouhanna dont les tirades sont aussi lassantes que celles de son idole fidèle parmi les fidèles.

Écrit par : Jeanne Daëttwyler | 22/09/2010

Il est totalement à côté de la plaque ce pauvre IFOS!
Pour une fois qu'il y en a un qui dit des choses drôles dans ce mouroir parlementaire ne lui tirons pas dessus.

Comme dit Jeanne, c'est pas un chef d'oeuvre littéraire mais au moins c'est plus amusant que les délires de l'UDC ou des Migros data de l'AVIVO qui ressemblent aux deux vieux du muppet show!!

Je ne parle pas des mines d'enterrements des solidaires qui sont aussi amusants qu'un jour de pluie breton!

Merci au père Dimier d'amuser la galerie du musée Grévin, suivant le résultat du vote de dimanche sur le MEG il pourra trouver de l'embauche au conseil administratif!!

Écrit par : Manu | 23/09/2010

Il me semble qu'il y avait des choses plus intéressantes à relever dans ce débat qui a permis de poser de bonnes questions. A voir si nous aurons en fin de recours des réponses satisfaisantes !

Écrit par : Maurice Gardiol | 24/09/2010

Alors Messieurs et Mesdames les glandeurs et les glandeuses ça va comme vous voulez?


J'espère que je ne vous ai pas réveillé, sans ça mes excuses!

En lisant la presse de ce jour, je vois qu'il y a une vie après la vie de juge d'instruction, on passe alors de l'autre côté du miroir, et on copine avec les voleurs!

Écrit par : dominiquedegoumois | 25/09/2010

Les commentaires sont fermés.