30/09/2010

Genève n'interdit plus l'énergie nucléaire

atomique.pngIl est 20h30, le débat sur l'interdiction de l'énergie nucléaire devrait se clore d'ici une heure ou deux au terme d'une cascade de votes qui n'auront pas grand chose à voir les uns avec les autres. Ainsi va la vie des constituants obligés d'avaler séance après séance les quelque 720 thèses sorties des travaux au sein de cinq commissions thématiques. Un inventaire à la Prévert. On trouvera les rapports et l'état des travaux sur le site internet de la Constituante.

C'est Nils de Dardel de Solidarités qui dénonce la thèse proposée par la commission 5. "Elle émascule tout simplement l'article constitutionnel 160 E actuel qui, plus qu'une interdiction du nucléaire, propose une politique énergétique complète".

On s'en convaincra en effet en relisant l'article 160 E, dont la commission 5 ne conserve que l'alinéa 5:  Les autorités cantonales s’opposent par tous les moyens juridiques et politiques à leur disposition à l’installation de centrales nucléaires, de dépôts de déchets radioactifs et d’usines de retraitement sur le territoire et au voisinage du canton. La tentative de l'AVIVO de réintroduire l'article 160 E échouera. En revanche, la droite parvient à annuler le vote de 1986, qui a vu le canton de Genève, effrayé par Creys-Malville et Techernobyl, voter pour l'interdiction de l'énergie nucléaire dans la Constitution.

Un long débat. A 21h40, le président de la commission 5 Benoît Genecand s'inquiète de leur durée. La planification des débats explose. A 21h53, le libéral Michel Hottelier dénonce le discours de l'AVIVO et de Solidarités sans les citer Sont en cause les attaques contre les prétendues "manoeuvres de démantèlement de 50 ans d'acquis démocratiques et sociaux" (Grobet), contre ceux  "qui sont en train de rédiger ce qui n'est plus qu'un torchon" (Mouhanna).

A presque 22h, la présidente passe au vote.

  • Genève renonce à l'interdiction du nucléaire dans sa constitution. Un amendement de Michel Barde (Ge-Avance) prévoit de soumettre à référendum obligatoire la construction des centrales et les dépôts de déchets radioactifs.
  • La Constituante a refusé de fixer des objectifs chiffrés en matière climatique et se contente de mettre en oeuvre la politique fédérale.
  • Elle déclare encore que la gestion de l'eau est un monopole public.

A la suite du vote sur le nucléaire, l'ancien conseiller national Pierre Vanek lance de la tribune du public: "Vous pouvez arrêter vos travaux la Constitution est foutu!"


Pour le PDC, Béatrice Gisiger soutient un peu pompeusement la thèse de la commission. Pas un  mot pour les propos critique de Nils de Dardel. Vous parlez d'un débat?

Le radical Pierre Kunz est plus rodé au débat parlementaire. Il répond donc à son collègue de Solidarités assis exactement en face de lui: "L'article actuel est trop complexe, trop détaillé, bref il est de rang législatif et non de rang constitutionnel où l'on ne doit trouver que les grands principes de l'organisation politique qui nous régit." Il sera le seul à répondre aux objection de l'ancien conseiller national socialiste.

Michel Barde pince la corde démocratique. Comment comprendre votre non, alors qu'il ne s'agit que de restituer au peuple la liberté de se prononcer si la nécessité s'en fait sentir. Le peuple genevois est assez mature pour cela.

Soli Pardo dans un grand show dont il a le secret dit le bien qu'il pense de l'énergie nucléaire C'est le peuple qui doit avoir le dernier mot et non des technocrates obtus. En pleine forme, l'ex-président UDC se lance dans un petit couplet sur le réchauffement climatique et "ce GIEC qui n'est qu'un ramassis politique..." Yves Lador saute sur sa place. Huées. La présidente demande un peu de calme. Et l'avocat Pardo d'annoncer un prochain refroidissement climatique...

Yves Lador défend l'article climatique. Nous n'avons pas cité le GIEC qui en effet n'a pas à être citée dans une Constitution. Et de défendre le GIEC promu par la Suisse, une première. Et le militant pour la paix de s'enflammer contre nos comportements pollueurs qui ont des conséquences proprement globales. D'où la nécessité impérieuse de fixer dans la Constitution des engagements chiffrés pour lutter contre le réchauffement climatique, le défi le plus important du XXIe siècle avec la biodiversité. Yves Lador ne s'arrête plus, le brouhaha augmente, Thierry Tanquerel tapote sur sa table. La présidente enfin demande une conclusion. Il conclut. Il est chaudement applaudit par les Verts et Solidarités

Michel Ducommun s'empare du micro et explique que les droits du peuple sont préservés puisqu'il peut en tout temps modifier la constitution. En revanche, si j'ai bien compris, la Constituante créerait un déni démocratique en adoptant la proposition du libéral Barbey qui veut redonner la parole au peuple. Michel Ducommun aurait-il été formé chez les jésuites? Souhail Mouhanna de l'AVIVO n'a, je crois, pas été chez les jésuites mais il tient le même langage. Il ajoute un couplet contre les manoeuvres de la droite en faveur de la privatisation et s'opposera à ce torchon qui est en train d'être écrit aujourd'hui.

Plus posé son collègue Christian Grobet défend les amendements qui sont la copie exacte des dispositions massivement adoptées par les Genevois. Mais rapidement, l'ancien président du Conseil d'Etat monte le ton et dénonce à son tour les projets de la droite de privatiser l'eau. Nous assistons à une destruction totale de cinquante ans de normes novatrices qui ont été inscrits dans notre constitution. Nous nous battrons pied à pied pour démontrer qui démantèlent nos droits.

Andreas Saurer dramatise. Le choix de ce soir est extrêmement lourd de conséquences. Le peuple aura toujours la possibilité de reprendre ses droits... Ce qui est en jeu c'est le feu vert que Genève va donner à la Suisse en faveur de l'énergie nucléaire. Le militant Vert a sans doute lu ce matin le Temps qui a choisi également cet angle.

Patrick Etienne Dimier comme Murat Alder dénonce le procès d'intention de la gauche et défend qu'il ne s'agit pas réintroduire le nucléaire à Genève mais de redonner au peuple le liberté de se prononcer. Et de citer le vote récent des Nidwaldiens qui ont refusé de se priver de cette possibilité.

Michel Hottelier dénonce la dérive du débat qui tendrait à interdire aux constituants de revenir sur des votes récents du peuple. Il rappelle que l'assemblée a été constitué par une majorité de 80% de la population. Aucune limite n'est fixé dans notre mandat. Personne n'a dit que des textes récemment votés devaient être intouchables. Selon cette même logique nous aurions pas dû voter pour le droit de vote des étrangers que le peuple vient de rejeter. Parviendrons nous à éviter le naufrage. J'en doute.

Il est 22h, la procédure de vote est lancée.

Thèse sur l'énergie

La proposition de l'AVIVO de reprendre l'intégralité de l'article 160 E pour la thèse 501.41.a est rejeté par la droite par 37 voix contre 33. La thèse est adoptée par 58 voix contre 4 (AVIVO).

501.41.b L'amendement Dimier est adopté par 46 voix contre 18 et 7 abstentions. La thèse amendée est adoptée par 54 contre 12 (Verts Avivo Solidarités) Le canton et les communes...

501.41.c L'amendement UDC est refusé par 36 non contre 29. La thèse est adoptée par la gauche et le PDC par 40 oui contre 26 non.

501.41.d Deux amendements sont déposés à propos de la thèse de minorité 501.42.a. L'amendement UDC est refusé par 62 voix contre 6 (UDC) au vote nominal. L'amendement Barde  qui soumet à référendum obligatoire les centrales nucléaires et les dépots de déchets est adopté par 37 voix contre 34 et aucune abstention. La thèse de minorité 501.42.a amendée est adoptée par 37 voix contre 34 et aucune abstention.

M. Vanek du haut de la tribune lance "Vous pouvez arrêter vos travaux c'est foutu Messieurs dames!"

Thèse sur le climat

La thèse de minorité 501.52.a qui tend à fixer des objectifs dans la réduction du CO2 est rejetée par 39 voix contre 32.

La thèse de minorité 501.53.a est refusé par 37 voix contre 32.

La thèse de majorité 501.51.a est refusée par 37 voix contre 34

L'amendement Dimier est accepté par 37 voix contre 34. L'amendement devient une thèse laquelle est acceptée par 39 voix contre 23 et 9 abstentions. Elle est ainsi libellée: Les autorités mettent en place des politiques propres à diminuer l'effet de serre conformément au droit fédéral

Thèse sur les Services industriels

501.61.a L'amendement AVIVO est refusé par 37 voix contre 30 et 4 abstentions au vote nominal.

501.61.a L'amendement MCG est refusé par 36 non (gauche) contre 35 (droite)

La thèse 501.61.a est adoptée par 37 voix contre 34. 1 Les services industriels couvrant l’approvisionnement et la distribution de l’eau,
du gaz, de l’électricité, de l’énergie thermique, l’incinération des déchets, l’évacuation et le traitement des eaux usées sont un monopole public cantonal qui ne peut être délégué
.

501.61.b Trois amendements à cette thèse. Ils sont tous trois rejetés. La thèse, qui demande aux SIG de viser la réduction de la consommation énergétique  et la promotion des énergies renouvelables, est acceptée par 39 voix contre 28 et 4 abstentions. L'ajout Velasco 501.62.a qui demande aux SIG de viser la réduction de la consommation d'eau et de la production de déchet est rejeté par 37 voix contre 33.

 

 

Commentaires

"Vous pouvez arrêter vos travaux c'est foutu Messieurs dames!"

Je te le fais pas dire.

OUT. RAUS. À la poubelle la constituante!

Écrit par : Sandro Minimo | 30/09/2010

Honte à tous ces gens soi-disant de gauche qui ont servi et servent encore d'alibi à ce coup d'état permanent anti-constitutionnel (par rapport à l'actuelle Constitution)! S'il vous reste la moindre once de dignité, démissionnez! Et laissez le peuple de Genève mettre se brouillon à la poubelle.

Écrit par : Justin | 30/09/2010

Tout est dit... Vous vous couvrez de ridicule...! Une fois de plus Genève est la risée du pays entier en jetant des millions par les fenêtres au profit d'une bande d'incapable!

Écrit par : igoy | 01/10/2010

Il est temps de mettre un terme à cette mascarade !
Les forces progressistes doivent démissionner...

Écrit par : charly schwarz | 01/10/2010

C'est sûr je voterai NON

Écrit par : André | 01/10/2010

Les centrales nucléaires doivent être mises au centre ville afin d'utiliser pour chauffer les bâtiments l'immense quantité de chaleur qu'elles rejettent.

Écrit par : gerardh | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.