30/09/2010

La droite n'aime pas une Constitution à la Prévert

genecand benoît ge-avance.jpgDix rapports, onze séances pour en débattre d'ici fin novembre, un véritable travail de bénédictin, un président félicité pour sa poigne - "il n'y a pas de dictateur éclairé", dira Marie-Thérèse Engelberts. Les bancs de la Constituante sont bien garnis.

Une journaliste du Courrier, un chroniqueur de la Tribune et votre serviteur à la tribune de la presse. Personne dans celle du public. Pourtant "tout cela pour satisfaire les besoins et attentes de la société, explique le constituant Alfred Manuel, pour qui il manque néanmoins quelques mots sur les soins palliatifs; la question de l'énergie n'est pas non plus complètement réglée". Le Vert Olivier Perroux cite la réponse d'un boucher charcutier répondant à une journaliste qui l'interrogeait sur la qualité du cervelas: "Madame on ne fait pas une bonne saucisse avec une mauvaise viande". Tout ça pour dénoncer les déclarations liminaires du radical Kunz et du patronal Barde qui refusent que la Constitution de Genève ne soit un inventaire à la Prévert. C'est pourtant ce que leur propose la commission 5. Les radicaux voteront une thèse chapeau que le groupe libéral présentera.

Va-t-on vers un remake de la séance du 23 mai qui a vu la gauche quitter la salle pour protester contre une thèse présentée par le MCG Dimier balayant le droit au logement et quelques autres droits fondamentaux?

Les critiques pleuvent drues sur la commission, pas seulement à droite, mais l'entrée en matière est votée sans opposition après 45 minutes de débat (l'ordre du jour prévoyait 48 minutes). Après de baroud d'honneur, la plénière tombe dans le même travers que la commission, elle s'attelle à l'examen par groupes des 200 thèses.


Michel Ducommun de sa voix rocailleuse met en garde la plènière de passer par pertes et profits les thèses de la commission. L'UDC Soli Pardo trouve aussi que la commission 5 a bien travaillé, "sauf qu'elle a passé tout simplement à côté des besoins de la population." La sécurité est traitée en une ligne, dénonce le constituant UDC, le logement est évoqué sans objectif. Le projet ignore le libre choix des transports portant introduit récemment. On déclare le principe d'économie de l'eau dans un canton qui, de mémoire d'homme, n'a jamais connu de pénurie. Va-t-on demander à un esquimo de limiter les glaçons dans son scotch? ironise l'avocat. Il est déclaré qu'on doit mourir dans la dignité, mais nulle part on ne lit qu'on a le droit de vivre dans la dignité...

Le socialiste Maurice Gardiol va dans le sens des Verts et des Associations de Genève et publie son intervention sur son blog résistance et ouverture. Il aime une Constitution qui énumère largement les tâches de l'Etat. Il manque cependant dit-il quelques mots relatives à la redistribution.

L'AVIVO Souhail Mouhanna dénonce la droite majoritaire

Marie Thérèse Engelberts se félicite du caractère synthétique des rapports. A propos des besoins de la populations, l'ex-candidate PDC à la mairie de Genève ralliée au MCG, évoque les combats vécus en commission, que nous verrons sans doute se reproduire en plénière.

Laurent Hirsch s'effraye des quelque 200 thèses proposées dont plusieurs n'ont pas rang constitutionnel. C'est donc à la plénière de faire ce travail de tri que la commission n'a pas voulu faire. Le libéral dénonce également les amendements déposés dont deux ne sont que des copies de la Constitution actuelle.

A 14h45, la présidente Contat-Hickel fait voter l'entrée en matière qui est adoptée par 58 voix.

Commentaires

"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe."
Jacques Prévert

Et l'idée fixe de beaucoup de membres de l'Assemblée constituante, c'est que toutes les propositions qui confèrent tant soit peu des droits, sont inutiles ou pas de rang constitutionnel !

Écrit par : maurice gardiol | 30/09/2010

Les commentaires sont fermés.