25/10/2010

Boris Calame dénonce la solution Murat Alder

Alder Murat avec arbre.jpgcalame boris.jpgLa Constituante a deux ans. Elle paraît au plus mal. La lune de miel de la première année des travaux qui se sont déroulés à l'abri des regards des partis et de l'opinion publique a enfanté une annus horribilis.

La droite porte une lourde responsabilité de la situation actuelle. Durant un an, elle a laissé la bride sur le cou de ses commissaires qui benoîtement ont voté des thèses à tour de bras, alors que dès le début elle s'était engagé à produire une constitution svelte.

Dès la première plénière, la droite dite élargie - qui est plutôt à géométrie variable car l'UDC et le MCG ne manquent pas une occasion quand c'est leurs intérêts de faire voler le bel attelage en éclat - la droite élargie s'est employée à refuser une bonne partie des thèses qu'elle jugeait indignes de l'idée qu'elle se fait d'une Constitution.


Au passage, elle a quelques grosses bourdes de communication comme la suppression de l'égalité des sexes au profit d'une intelligente mais incomprise égalité des personnes. Mal informés, même les électgeurs de droite n'ont pas compris. Il était alors facile pour la gauche combative - emmenée par les vieux de l'AVIVO et les pas moins jeunes de Solidarités, lesquels ont toujours dénoncé une révision à froid - d'emboucher la trompette du démantèlement des acquis démocratiques et sociaux. A un mois de la fin des débats en plénière, le radical Murat Alder a lancé dans la Tribune des 23 et 24 octobre l'idée d'états généraux des principaux partis pour sauver le soldat constituant.

Sur son blog Associatif et durable, Boris Calame, l'un des trois élus réellement indépendants des partis parmi les 80 constituants dénonce cette main-mise des partis: "Cette annonce est bien trompeuse et dénature totalement l'esprit de la loi constitutionnelle (Projet de loi 9666-A*) qui a instauré l'Assemblée constituante, par votation populaire du 24 février 2008. En effet, le point central du débat parlementaire et de la campagne qui a suivit était de créer une véritable entité indépendante, diversifiée et ouverte à la société civile, notamment en réduisant le quorum à 3%."

"Les partis reprennent la main car la Constituante n’arrive à rien? C’est un camouflet!" constatait Marc Bretton dans la Tribune de samedi. Pour Murat Alder, les partis ont une responsabilité institutionnelle et historique à assumer. Il faut négocier. Et le jeune constituant de signaler que "jeudi, le président du parti, Patrick Malek-Asghar, a écrit aux partis gouvernementaux représentés dans l’assemblée, soit l’Entente, le PS et les Verts. Nous proposons de nous rencontrer pour parler des problèmes rencontrés et envisager des solutions pour 2011. Actuellement, il y a beaucoup de frustrations, mais des avancées ont été faites avec les droits des personnes handicapées, les droits de l’enfant et le droit à un environnement sain. Une législature durerait cinq ans, les élections majoritaires se feraient en deux tours et on verrait naître une présidence renforcée du Conseil d’Etat. Ce n’est pas rien."

 

Commentaires

Le gamin semble ne plus avoir la grande gueule en ce moment, lui qui n'est venu dans la Constituante que pour faire passer le projet ficelé des radicaux, sans concession et sans esprit civique. Le bleu aurait-il enfin des regrets ? Au début il me faisait rire ce Murat Alder, création en toutes pièces de cette jeunesse ambitieuse qui monte sans escale en oubliant au vestiaire son intelligence. Aujourd'hui, il ne me fait plus rire car c'est en grande partie à cause de lui que la Constituante a d'ores et déjà échoué devant le peuple.

Écrit par : lappal | 26/10/2010

Cher "lappal",

Il n'a jamais été question de "faire passer le projet ficelé des radicaux, sans concessions et sans esprit civique".

Sachez que je n'ai aucun regret, et que je me réjouis sincèrement de ne plus vous faire rire.

Bien à vous,

Murat Julian Alder

Écrit par : Murat Julian Alder | 26/10/2010

Cher "lappal"... Sachez qu'il n'est qu'un porteur d'eau...

Écrit par : etat | 26/10/2010

Les radicaux se donnent le beau rôle un peu facilement, quand on connait leur contribution éminente au "grand fossé" qui divise aujourd'hui la Constituante. Et leur solution n'est pas la bonne, comme le souligne justement Boris Calame : si la Constituante doit s'en sortir ce ne sera pas en se soumettant aux diktats des partis et en excluant certains groupes représentés dans cette assemblée. Mais enfin, on doit saluer, sur le principe, la volonté de compromis affichée par Murat Alder. C'est peut-être un des premiers frémissements que j'espérais dans une récente note (http://ttanquerel.blog.tdg.ch/).Reste à savoir sur quelle base la négociation souhaitée est envisagée. Si c'est le projet "à droite toute" voté pour l'instant,l'échec est programmé.

Écrit par : Thierry Tanquerel | 27/10/2010

Chers lecteurs de la Gazette,
Veuillez trouver ci-après ma réponse à l'interview de Monsieur Murat Alder.
http://babelweb.blog.tdg.ch/archive/2010/10/24/de-qui-se-moquent-les-radicaux.html
Pierre Gauthier, constituant, élu de l'AVIVO et président de la commission des droits politiques

Écrit par : pierre gauthier | 28/10/2010

Les commentaires sont fermés.