13/03/2008

Les jamais élus et les non cumulards

Les radicaux désigneront leurs 40 candidats à l'assemblée constituante le 15 mai. Elle comportera pour moitié des jamais élus et pour l'autre des non cumulards. Et est ouverte aux non radicaux.


Dans le meilleur des cas et compte tenu que la Constituante comptera 80 députés et que le quorum à 3% va faire fleurir les petites listes, 30 à 35 candidats resteront donc sur le carreau au soir du 19 octobre 2008. Les radicaux pourraient les repêcher pour l'élection du Grand Conseil qui tombera un an plus tard.

 

Les intéressés trouveront tous les détails ici.

09:36 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/03/2008

Les pères de la Constituante genevoise ne descendent pas dans l'arène

Non, l'Association "Une nouvelle constitution pour Genève" ne présentera pas une liste en octobre pour l'élection de la Constituante. La décision est tombée le 4 mars. L'association ne s'est pas sabordée non plus et a confié à un nouveau comité le soin de définir son rôle d'ici à cet automne. En voici la liste, on trouvera le procès-verbal de l'assemblée générale ici. L'ancien député socialiste François Brutsch ouvre la marche et l'ancien conseiller d'Etat libéral Olivier Vodoz la ferme. Deux véritables serviteurs de l'Etat. C'est bon signe.

 

BRUTSCH François
BURGER Dominique
CORTORREAL Eustacia
DEBENEY Elisabeth
DOELKER Eric
HUTMACHER Walo
LACOMBE Françoise
LAMBELET Sylvie, présidente
MAHLER Raphaël
NAEF André
PERILLAT Michel
RIHS David
SERDALY Christine
TANQUEREL Thierry, trésorier
TRONO Yves-Marie
VERNET Jaques
VODOZ Olivier

 

11:30 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

La Constituante, un dégradé d'Infrarouge?

Xavier Vollenweider, secrétaire général de la Fédération associative genevoise annonce ce mercredi 12 décembre dans l'invité de la Tribune de Genève la décision de son association de présenter une liste à la Constituante. Objectif: éviter que les partis monopolisent le débat et que "la Constituante devienne un clone du Grand Conseil et/ou un dégradé d’Infrarouge".

La FAGE, créée en juin 2007 et qui prétend représenter tout le monde associatif genevois, a ouvert un forum citoyen (www.constitutiongenevoise.ch). (JFM)

 
 

Pour commenter ce billet et poursuivre le débat, il suffit de cliquer sur le mot commentaire ci-dessous. Merci d'indiquer votre nom et de laisser une adresse courriel.

Le blog http://constitution.blog.tdg.ch est un blog public. Tout un chacun peut y publier un texte. Il suffit de l'adresser à blog@tdg.ch et il sera mis en ligne dans les meilleurs délais.

 

09:52 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/03/2008

Deux femmes. Pour faire le ménage?

Deux partis ont désigné deux femmes pour conduire leur liste électorale à la Constituante, dont l'élection aura lieu en octobre prochain.

 

Le Parti démocrate-chrétien a désigné sa championne de la Constituante. Il s'agit de Patricia Solioz Mathys, ancienne vice-présidente du parti et ex-candidate au Conseil national.

 

.

 .

 

De son côté, le parti libéral a confié les rennes de la révision de la Charte fondamentale de la République à Bérangère Gautier. Qui, dans le Nouveau libéral du mois de janvier, écrit que "La Constituante sera un formidable cours d'instruction civique in vivo". Ce qui lui vaut les commentaires acerbes de Pierre Vanek sur le site de Solidarités. ça promet!

 

 

 

A noter encore, la conférence d'adieu du professeur Auer qui aura lieu ce vendredi à 17h30 à Uni Mail (R380) et dont on dit qu'il devrait faire des propositions audacieuse avant d'aller professer du côté alémanique où les bourses sont plus généreuses. (JFM)

10:45 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/03/2008

Les Verts butinent tous azimuts

La bise du Salon de l'auto a ralenti l'éclosion du printemps, mais les Verts font éclater leurs bourgeons et les frontières de leur parti.

 

L'enjeu est d'envergure, il ne s'agit rien moins que peser de tout son poids dans la future assemblée constituante que les Genevois vont élire le 18 octobre prochain. Les écologistes lancent donc un appel à des personnes extérieures et accepteront des candidats non encartés, mais qui se reconnaissent dans les objectifs énoncés ici. Feront-ils subir un examen à ces représentants de l'introuvable société civile?

 

Soyons sûrs que tous les partis vont semblablement élargir leur prés carrés, de sorte que le flou des individus sans étiquette rendra la direction de la future assemblée fort aléatoire. Mais ne sommes-nous pas justement entré dans l'ère de la logique floue?

 

En tête de leurs priorités, les Verts installent la responsabilité écologique qui postule que toute action humaine doit sauvegarder la base de la vie sur notre Planète. Objectif bien ambitieux qui appartient peut-être à la Charte mondiale des être vivants (c'est ainsi que Levi-Stauss voulait il rebaptiser la Déclaration universelle des droits de l'homme), mais qu'on en voit pas trop faire objet de débat au niveau d'une constitution cantonale. A moins bien sûr d'imaginer une future position pour Madame Egalité qui ne se satisfaisant pas d'être directrice bientôt de l'Office des droits humains voudra régenter le ministère des vivants.

 

Pour le reste et sur un plan plus opérationnel, l'appel des Verts pousse le vieux principe de la subsidiarité jusqu'à l'absurde ou jusqu'au blocage complet des institutions c'est selon.

"La décentralisation des délibérations et décisions politiques implique de les rendre accessibles aux associations et aux citoyens."

Ce qui en clair donne à chacun un droit de veto.

 

JFM

 

Pour commenter ce billet et poursuivre le débat, il suffit de cliquer sur le mot commentaire ci-dessous. Merci d'indiquer votre nom et de laisser une adresse courriel.

Le blog http://constitution.blog.tdg.ch est un blog public. Tout un chacun peut y publier un texte. Il suffit de l'adresser à blog@tdg.ch et il sera mis en ligne dans les meilleurs délais.

 

 

 

15:29 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

25/02/2008

"Constituante» à froid

Ce matin, le PDC, le parti libéral, les Verts n'ont toujours pas mis en ligne leurs réactions sur les votations du 24 février. En revanche Pierre Vanek et Marie-Eve Tejedor de Solidarités signent le communiqué suivant à propos de la Constitution:

«Constituante» à froid:
un défi à relever sur le terrain et dans les urnes...


solidaritéS considère qu’en acceptant le principe d’une révision totale «à froid» de la Constitution cantonale, par une assemblée constituante sans mandat, sous prétexte d’arguments creux et cosmétiques... une majorité des électeurs-trices genevois se sont fait bercer d’illusions.

En effet, les forces de droites ultralibérales qui visent à démanteler certains acquis significatifs que contient la constitution genevoise, par exemple en matière de logement, d’énergie et de droits démocratiques...se voient ainsi ouvrir un large champ pour leurs entreprises de démantèlement des droits sociaux et démocratiques. Les propositions de démantèlement des droits démocratiques en matière de référendums et d’initiatives formulées par le parti libéral il y a peu en sont la preuve tangible.

Par contre, les forces progressistes qui – comme nous – entendent se battre pour imposer des réformes indispensables – comme par exemple l’inscription par voie d’initiative populaire d’un salaire minimum légal dans la constitution cantonale, rempart indispensable contre le dumping salarial en cours – verront opposer à l’indispensable construction d’un front de lutte organisé sur le terrain et enraciné dans la réalité que vivent les travailleurs-euses, la perspective nébuleuse de débats«consensuels» à la constituante.

solidaritéS entend relever ce défi, dans les urnes au moment de l’élection de la constituante en octobre bien sûr, mais aussi et surtout sur le terrain de la mobilisation sociale indispensable aujourd’hui...

08:57 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/02/2008

Ce 24 février, un grand jour pour Rousseau?

Ce 24 février, un grand jour pour Rousseau? C'est ce que pense le Parti radical qui dans son commentaire au pébliscite de la révision totale de la Constitution genevoise écrit:

"Le Parti Radical Genevois (PRG) se félicite du soutien massif de la population genevoise à l’Assemblée constituante. Ce sera l’occasion de remettre à plat les institutions cantonales et de renouveler le « contrat social » dans la patrie de Rousseau. "

Espérons que les "Rêveries du promeneur solitaire" n'égareront pas les 80 constituants dont on attend la bonne copie en 2012, année du tricentenaire de la naissance du citoyen de Genève.

 

Le parti radical (encore lui) n'entend pas s'endormir. Il nous promet d'animer les prochains mois en présentant "différents projets concrets pour nourrir le débat institutionnel et réconcilier l’Etat et les citoyens". Espérons que tous les partis suivront cette bonne résolution.

 

Dans son communiqué, le parti socialiste énonce d'ores et déjà les enjeux clés de la Constituante:

Pour le PS les enjeux centraux sont :
- un inventaire clair de ses buts et objectifs : politique économique, sociale, environnementale, des transports, de l’intégration, du territoire, culturelle, de solidarité internationale, énergétique ;
- correspondant symétriquement à une liste des droits sociaux : droit au logement, à la formation, à un revenu d’existence lors d’incapacité à trouver du travail etc. ;
- le fonctionnement transparent, démocratiquement contrôlé - cf. les régies publiques - et efficient - l’argent du contribuable - de l’Etat ;
- une refonte des communes avec une définition claire de leurs compétences et une réduction importante de leur nombre ;
- de meilleurs moyens pour le Grand Conseil et les Conseils municipaux ;
- le droit de vote cantonal des résidants étrangers ;
- des lieux de prospective.

A l'heure où nous bouclons ce billet (dimanche à 20h30) les sites internets des libéraux, du PDC de l'UDC et des Verts, de Solidarités, du MCG ne publiaient aucun communiqué sur les votations. Rien non plus sur le site des initiants qui ont précipité Genève dans cette aventure.

 

JF. Mabut

20:21 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Merci les chasseurs!

Grâce aux chasseurs (qui étaient contre la révision de la Constitution), mais aussi aux ennmis des gros chiens (qui se sont mobilisés pour les chasser du canton), la révision de la Constitution est plébiscitée par une large majorité des Genevois qui de surcroît se sont "déplacés" en masse pour voter. De bon augure?

J.-F. Mabut 

20:18 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/02/2008

Constituante: le retour de Segond

A quelques jours d'un scrutin qui promet une participation record, deux tribunes libres expliquent aux Genevois que, tout compte fait, un non à la révision totale de la Constitution genevoise serait dans l'ordre des choses.

 

"Ce n’est pas sans raison, écrit le professeur Alfred Dufour, dans la Tribune de ce jour, que depuis 1847 le peuple genevois s’est toujours refusé à procéder à la révision totale de sa Constitution par l’élection d’une Constituante en usant de la disposition que James Fazy lui avait ménagée et qui prévoyait que la question de la révision totale serait posée tous les 15 ans au corps électoral. (une disposition qui a elle-même finalement été abrogée en votation populaire voici exactement 15 ans le 27 mars 1993).

 


"On est bien loin, poursuit l'auteur d'une histoire de Genève, des adresses et des discours substantiels d’un F. J. L. Rilliet-Constant ou d’un James Fazy! Sans un projet réellement mobilisateur du type de ceux qui ont inspiré les auteurs des Constitutions genevoises de 1842 et 1847, l’institution d’une Constituante en une période de crise comme la nôtre pourrait donc bien revenir à l’ouverture de la boîte de Pandore avec au final une simple «réécriture formelle» de la Constitution en vigueur."

 

Pour le professeur Nicolas Levrat, le silence assourdissant de la campagne pour la constituante résulte d'un constat: "Mon hypothèse, analyse, mercredi dans Le Temps, le directeur de l'Institut d'études européennes de l'Université de Genève, est qu'il n'y a plus de citoyens de Genève, c'est-à-dire de person­nes qui s'intéressent et se préoccupent des affaires de la cité en général. Il n'y a plus que des parents soucieux de la sécurité de leurs enfants face à des pro­priétaires de chiens, des défen­seurs de la santé publique face à des fumeurs, etc. Le morcelle­ment du corps social et politi­que paraît consommé et la ques­tion véritablement citoyenne et centrale, l'idée de se réunir - ou plutôt de réunir une consti­tuante - pour débattre et s'accor­der sur les termes généraux de la vie commune à Genève, n'inté­resse personne."

 

Enfin pas tout à fait! Le parti radical, qui commence à s'inquiéter de cette atonie citoyenne, annonce ce jour dans un communiqué la mobilisation de personnalités du grand vieux parti. Le retour de Guy-Olivier Segond, la démission annoncée du Grand Conseil de Pierre Kunz qui briguera aussi un siège à la Constituante et la mobilisation du jeune Murat Alder.

 

Le parti radical fait appel aux candidats intéressés par un fauteuil à la Constituante. Compte tenu de son poids actuel et d'un quorum abaissé à 3%, il devrait obtenir 6 ou 8 des 80 sièges de la future assemblée. L'élection aura lieu le 19 octobre prochain. Pour autant que le oui l'emporte ce week-end.

 

Et tout cela pourquoi faire?

 

"Le PRG souhaite que l'assemblée constituante aborde sans tabou les rapports entre les trois pouvoirs, le rôle de l'Etat et des communes, la fiscalité, le mode d'élection et le fonctionnement général des institutions genevoises. C'est pourquoi il souhaite éviter que les constituants se sentent investis de la mission de venir défendre des prés carrés. L'assemblée constituante ne doit pas reproduire les affrontements si souvent stériles entre l'Etat et la Ville, la Ville et les autres communes, les communes « riches » et les communes
« pauvres », la gauche et la droite."

Par ailleurs, le PRG présentera au cours des prochains mois ses propositions à l'assemblée constituante, en complément aux réformes institutionnelles de «Gouverner Genève demain» publié en janvier 2005.

J.-F. Mabut

 

Pour réagir à ce billet, cliquez sur le mot commentaire ci-dessous.

 

Merci de respecter les règles de civilité en usage sur les blogs de la Tribune de Genève: soyez concis, pertinent, original et signez votre message.

Ce blog accueille volontiers des contributions. Envoyez-les à l'adresse blog@tdg.ch, elles seront mises en ligne.

 

 

15:26 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

13/02/2008

Y a-t-il de bons arguments pour réviser la Constitution?

Je cherche de bons arguments pour votez oui à la révision totale de la Constitution genevoise. En avez-vous? Développez-les en cliquant sur le mot commentaire ci-dessous.

 

JFM 

16:22 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

12/02/2008

Genève 1864, Nairobi 2008: conflit constitutionnel

Les radicaux sont toujours très fiers de rappeler que la constitution genevoise est l'oeuvre de James Fazy. Dans une tribune libre parue dans le Temps du 7 février (que je découvre au travers d'une note à son sujet rédigée par François Brutsch dans son blog), Dominique Wisler tire un parallèle à première vue étonnant entre deux événements constitutionnels. Le papier est intitulé "Deux histoires de transition: Genève en 1864, Nairobi en 2008". Où l'on découvre un pan inconnu de l'histoire genevoise.

 

En 1864 (l'année de la création de la Croix-Rouge), la Confédération dut envoyer des troupes fédérales pour pacifier un canton au bord de la guerre civile. Les radicaux qui tenaient alors toutes les ficelles du pouvoir n'étaient pas prêts à en céder une partie à l'opposition formée alors des libéraux associés aux catholiques des communes réunies. Au coeur du conflit, la réforme de la constitution radicale et l'introduction d'une dose de proportionnelle dans l'élection du Grand Conseil.

 

JFM

 

 

14:07 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/02/2008

24 février: un vote bidon?

Faut-il changer les règles du vivre ensemble dans le canton de Genève?

 

Un seul parti s'oppose à la révision de la loi fondamentale de la République. L'UDC, évidemment serait-on tenter de dire, qui adopte une posture d'opposition oportuniste, juste bonne à faire parler d'elle et à s'approprier les votes négatifs que des citoyens dubitatifs ne vont pas manquer de glisser dans leur enveloppe d'ici le 24 février. Ses critiques à l'exercice ne sont pas sans fondement et la montagne court en effet le risque d'accoucher d'une souris. Mais la société genevoise est-elle si malade, si sclérosée, qu'elle ne pourrrait pas une fois par siècle tenter le dépoussiérage de ses modes de fonctionnement?

 

Quelle révolution ou évolution nous promettent donc les partis? Un petit tour sur leurs sites internet ne prête malheureusement guère à l'optimisme. Au-delà des déclarations d'intention qui veulent nous faire croire à la vétusté du texte de 1847, on peine à trouver des idées neuves.

 

Le parti libéral vote oui à la révision totale. Il propose un sondage original en 17 questions. Une bonne initiative si le qcm n'était pas à ce point biaisé qu'il rende l'exercice quasi impossible.

Pour les libéraux, la Constitution genevoise, loi fondamentale de l'Etat, est la plus vieille de Suisse. Malgré de nombreuses révisions partielles, elle ne donne pas une image adéquate de ce que sont et de ce que font l'Etat, les communes ou la société civile genevoise. Les institutions du canton de Genève, datant du milieu du XIXe siècle, sont dépassées et fonctionnent mal. Il est temps de préparer l'Etat moderne, celui du XXIe siècle.

 

Les socialistes votent oui mais n'apportent à ce stade aucune plus-value au débat sinon la création d'un groupe ad hoc et l'invitation le 31 janvier dernier du camarade zurichois Andreas Gross, politologue et conseiller national influent.

Pour le PSG, "la révision de la Constitution sera ainsi l’occasion d’inscrire les droits fondamentaux et de réécrire les fondements de notre vivre ensemble dans un langage clair et accessible à chaque citoyen-ne. La révision de la Constitution représentera enfin une opportunité pour revoir l’équilibre des différents pouvoirs, la répartition des compétences entre l’Etat et les communes et de prendre en compte l’agglomération."

 

Les Verts votent oui à la révision de la Constitution. Mais eux non plus n'apportent rien de concret au débat, sur leur site internet du moins.

Pour les Verts, défendre l’idée qu’une assemblée constituante large et ouverte doit être mandatée pour rédiger une nouvelle constitution revient à faire un pas vers l’avenir et représente le meilleur moyen pour faire avancer nos idées et faire évoluer la société. Les questions environnementales liées à la durabilité, les droits des personnes et notamment des femmes, la place et les rôles des différentes collectivités qui composent la République et canton de Genève, sont autant de thématiques qui ont fort à gagner à être rediscutées. Les Verts estiment donc que la constituante est une opportunité unique de faire accepter en votation une constitution globale nettement plus progressiste que ce que nous pourrions atteindre en légiférant au coup par coup. Finalement la constituante permettra d'élever le développement durable au rang de principe constitutionnel.

 

Le parti radical, dont la figure tutélaire James Fazy fut en 1847 le rédacteur principal de la Charte politique qui gouverne aujourd'hui encore les Genevois, votent évidemment oui à la révision. Les radicaux ont même mis en ligne depuis un an un wiki sur la nouvelle constitution. Une bonne idée qui est cependant restée en friche.

 

Le parti démocrate-chrétien vote oui à la révision constitutionnelle. Encore que ce ne soit pas évident. Rien sur la page d'accueil du site internet. Il faut cliquer plusieurs fois un peu au hasard pour finalement trouver sous communiqués la prise de position de l'Assemblée des délégués. Bref la révision de la Constitution n'est pas la tasse de thé du PDC.

 

Le Mouvement citoyens genevois vote également oui à la révision totale. Mais tout occupé à réélire son grand timonier Stauffer et à défendre son conseiller administratif déchu, le site du parti ne dit rien sur les votations du 24 février.

 

Parmi les autres partis politiques, on notera l'opposition sans explications à la révision du parti du travail, de Solidarités et des communistes, pour une fois d'accord entre eux. Encore que les communistes se fendent d'un long communiqué bien instructif pour dire les raisons de leur niet.

 

On notera le oui des syndicats ouvriers, CGAS et SIT (mais abstention d'UNIA), et des syndicats patronaux, FER-Genève.

Selon la FER, une refonte en profondeur de notre Constitution s'impose, car celle-ci a été à de nombreuses reprises "rapiécée" ; de plus, elle contient des dispositions contraires au droit fédéral, présente un certain nombre de lacunes et regorge de dispositions obsolètes. A cela s'ajoute le fait que Genève a besoin d'un nouveau contrat social, dynamique et fédérateur, susceptible de permettre aux différents pouvoirs – législatif, judiciaire et exécutif – et aux collectivités que sont l'Etat et les communes de ne plus travailler les uns contre les autres, mais ensemble, avec le souci d'une gestion rationnelle des deniers publics.

 

Parmi les mots d'ordre des associations, sans surprise, l'Association "une nouvelle constitution pour Genève" vote oui. Elle est l'initiatrice du projet et propose depuis mai 2005, sur son site internet et au fil de ses conférences, de nombreuses et riches références sur le sujet. On lira avec profit son manifeste. A noter également le soutien de l'AIDH.

 

On notera en revanche le non du comité de l'initiative 129 "Fumée passive et santé", le non également du comité de l'initiative 137 pour l'interdiction des races de chiens d'attaque, le non du comité d'initiative pour la suppression de la chasse, le non encore du comité Contratom.

 

Et pami les abstentionnistes, on s'étonnera de l'abstention de la Chambre de commerce, de l'ATE, de l'AMGe et de la kyrielle de ses chapelles qui polluent le bulletin de vote par des prises de position sans portée politique.

 

J.-F. Mabut

 

Pour réagir à ce billet, cliquez sur le mot commentaire ci-dessous.

 

Merci de respecter les règles de civilité en usage sur les blogs de la Tribune de Genève: soyez concis, pertinent, original et signez votre message.

Ce blog accueille volontiers des contributions. Envoyez-les à l'adresse blog@tdg.ch, elles seront mises en ligne.

 

 

 

09:58 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

24/12/2007

L'arbre à palabres suisse

En 1874, la Suisse a fait oeuvre de pionnier en donnant un tour constitutionnel et donc formel à l'arbre à palabres.

 

Baptisé procédure de consultation, le système consiste, préalablement au lancement d'une nouvelle loi, à tâter le terrain en organisant un tour de table auprès des partis politiques et des milieux concernés. Buts avoués de l'opération: sonder le degré d'acceptabilité du projet, recueillir des bonnes idées et participer à la fabrique du consensus, permettant à ce pays si diversifié d'échapper à la dictature de la majorité ou pire à la fracture démocratique du 51-49%, où un citoyen sur deux se retrouve mécontent, incompris, rejeté ou frustré.

 

La formule a plutôt bien fonctionné jusqu'à présent. Elle a pourtant trois défauts au moins: elle allonge le processus législatif de deux plusieurs mois voire années. elle reflète un consensus qui est parfois plus de forme que de fond, elle exprime l'avis des appareils (partis et groupes d'intérêt) davantage que l'avis des citoyens.

 

La Suisse ne devrait-elle pas innover et se servir davantage d'internet pour recueillir l'avis des citoyens? Passer en quelques années de la Landsgemeinde au forum virtuel est une idée séduisante. Créer un remue-méninges national ou à géographie variable en fonction des questions traitées, quoi de plus excitant pour des politologues convaincus que l'intelligence collective est notre avenir et que la démocratie ne saurait se passer des citoyens, comme c'est hélas le cas aujourd'hui en Europe.

 

Récemment deux chercheurs (Franco Furger et Stéphane Tendon) ont relancé le débat dans une tribune libre publiée par le Temps. Voici l'essentiel de leur thèse en résumé

Nous proposons de lancer des consultations de citoyens au moyen du "netdialogue". Le principe est le suivant:

1) un échantillon représentatif des citoyens suisses est invité à participer à un processus de consultation sur des projets de loi d'intérêt général comme l'interdiction de fumer dans des lieux publics, la publicité sur l'alccol, la construction de minarets, la réforme de l'assurance maladie, les nanotechnologies. On crée des panels où chacun s'informe et se familiarise avec le sujet.

2) chaque pannel ouvre un débat citoyen au moyen d'internet et examine les aspects positifs et négatifs d'une proposition.

Le but, écrivent les auteurs, n'est pas nécessairement la recherche d'un consensus, mais de rapprocher la chose publique du peuple et de permettre à des citoyens devenus plus compétents de donner un avis en connaissance de cause.

 

Qu'en pensez-vous? L'internet peut-il changer la manière de faire la politique? Les premières expériences qu'on peut suivre ici et là sont pour l'instant guère encourageantes. Pour notre part, les quelques blogs à vocation citoyennes ne rencontrent qu'un intérêt relatif. Mais comme disait Guillaume d'Orange Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.

 

Les blogs publics de la Tribune. Cliquez sur les icônes. Vous trouverez la marche à suivre sous les mots "mode d'emploi" dans la deuxième colonne de chaque blog.

 

Joyeux Noël,
Bonne Année
Postez- vos
Vœux 2008

Débat
sur la nouvelle
constitution

Genève,
une métropole
européenne
en 2030 ?

Actualité
des communes
, devenez
journaliste
citoyen !

40'000 jeunes
de Taizé
à Genève.
L’événement !

Euro 2008
Postez
vos coups
de cœur !

08:10 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/12/2007

Pour ou contre une nouvelle Constitution

Profitez de la trêve des confiseurs, le calendrier politique sera chargé en 2008. et le débat sur la révision totale de la Constitution genevoise devrait rester sous les feux de l'actualité toute l'année.

  • 24 février on votera pour ou contre une Constituante
  • 18 octobre on élira les 80 députés à la Constituante.

Entre deux, il faudra débattre de quelques grands thèmes politiques, sinon la Constituante risque fort d'accoucher d'une souris, comme partout ailleurs en Suisse.

JF Mabut

18:42 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

28/11/2007

revision constitution geneve

BONJOUR

 

QUE FAUT IL FAIRE POUR ETRE VOLONTAIRE ET PARTICIPER A CETTE REVISION ?

15:38 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Constitution: qui cela intéresse?

Damned! J'ai raté le dernier mardi de la Constituante qui a eu lieu hier soir sur le thème un peu technique et intello "Etat gérant-état garant". Heureusement le député Pierre Kunz nous en donne un petit écho critique dans son blog. Pour le reste rien.

 

Le blog des amis de la nouvelle Constitution ne brille pas par un excès de contributions et de débat. Soit que son adresse reste hélas inconnue de la plupart des Genevois, soit que la révision de la Constitution ne passionne guère nos concitoyens? Les deux vraisemblablement.

 

Pour la première cause, nous proposons aux partisans de cette refonte de s'adosser à un "vieux" média dont la vocation est aussi d'être le relais de cette ambition citoyenne. C'est la raison d'être de ce blog-ci. Pour faire partie du comité des auteurs, il suffit d'en faire la demande à l'adresse blog@tdg.ch. La seconde raison de la désaffection des Genevois au processus constitutionnel est plus complexe et certainement multiple.

 

L'approche du 24 février 2008, date à laquelle les Genevois devront lancer le processus constitutionnel, augmentera sans doute l'intérêt du public. Cependant, attendre cette échéance et celle de l'élection proprement dite de la Constituante en automne 2008 est la meilleure façon de circonscrire le débat à quelques cercles initiés. Or les réformes, dont le canton et sa région ont besoin - les dix chantiers de la Constituante -, réclament à l'évidence l'adhésion du plus grand nombre.

 

La désaffection des Genevois révèle peut-être aussi une crise de la représentation politique. Sur les quelque 700'000 habitants du bassin genevois que la future loi fondamentale va concerner directement, moins de la moitié sont des citoyens éligibles à la Constituante. Hélas le Grand Conseil n'a pas eu l'audace d'élargir le corps électoral de cette assemblée extraordinaire.

 

J.-F. Mabut, animateur des blogs de la Tribune

 

[Pour laisser un commentaire, cliquez simplement sur le mot commentaires ci-dessous. Nous apprécions les messages courtois, concis, pertinent et signé. L'absence d'une de ces quatre qualités peut entraîner l'effacement de votre contribution]

 

14:17 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/10/2007

Adoptons la méthode Sarkozy!

Cause communes, le mensuel des Socialistes de la Ville de Genève consacre son dossier d'octobre à une future Constitution pour Genève. "Une formidable occasion d'avancer" écrit tout sourire la députée fonctionnaire Véronique Pürro. Qui, hors enthousiasme, n'ouvre guère de pistes ni ne donne de sens à cet exercice qui devrait tenir en haleine les Genevois plusieurs années.

 

Pour le reste l'essentiel du dossier est centré sur l'avenir des communes. Le maire (pour un an) de Vernier souhaite plus d'autonomie et de responsabilités, tandis que son collègue d'Onex (maire aussi pour un an) rêve d'un chamboulement complet de la géographie communale. Qu'en pensent les deux socialistes de l'Exécutif de la Ville? Le débat sur ce point au moins est ouvert.

 

Quel contraste cependant avec notre grande voisine, dont le président veut imposer une réforme constitutionnelle en quelques mois, et, paradoxe, voir introduire dans la Constitution de la Ve République quelques cautèles pour tempérer le régime présidentiel qu'il inaugure tambour battant. La méthode est peut-être choquante, mais elle a l'insigne avantage de susciter un vif débat. D'autant que, pour le nourrir, l'idée de lancer une brochette d'experts et de politiciens en vue attise l'attention des médias et met le landerneau en position de débat.

 

Pourquoi Genève ne s'inspirerait-il pas de cette méthode républicaine? Sans attendre le lancement officiel de de la révision par le vote des Genevois le 24 février prochain. Une commission d'une quinzaine de personnes, présidée par Christian Grobet, par exemple, où l'on retrouverait Gilles Petitpierre, Michel Barde, Andreas Auer (professeur et co-initiateur d'une nouvelle constitution pour Genève), Robert Borrel (maire d'Annemasse) et quelques autres pointures permettrait de dégager les grands axes de la nouvelle Constitution.

 

Jean-François Mabut

 

  • http://constitution.blog.tdg.ch a vocation d'alimenter le débat sur la révision totale de la Constitution genevoise. Chacun peut donner son point de vue en cliquant sur le mot commentaire ou en devenant rédacteur agréé

10:34 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

11/10/2007

Constitution: on votera le 24 février 2008

Les dates sont fixées: à vos marques! lance le professeur Andreas Auer sur le site associatif http://www.unenouvelleconstitutionpourgeneve.ch.

 

Dans sa séance du 3 octobre 2007, le Conseil d'Etat a en effet formellement décidé que le vote populaire sur le projet de loi constitutionnelle aura lieu le 24 février 2008. Si le peuple l'accepte, l'élection des 80 membres de l'Assemblée constituante se déroulera le 19 octobre 2008.



Ce qui signifie que le vote populaire sur la nouvelle Constitution genevoise élaborée par l'Assemblée constituante aura lieu au plus tard en octobre 2012, avec une possible entrée en vigueur au 1er janvier 2013.



Le plus dur reste à faire. Convaincre les Genevois que la révision totale de leur loi fondamentale est une occasion unique non seulement de dépoussiérer le texte de 1847 excessivement surchargé depuis, mais aussi de donner au canton et à sa région - la Constitution genevois doit contenir en annexe une constitution pour la région - des institutions politiques solides, efficaces et économiques pour les 50 prochaines années.



Le débat est ouvert sur ce blog. Pour connaître la règle du jeu cliquez ici.

 

Posté par Jean-François Mabut , responsable des blogs Tribune de Genève

14:28 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/08/2007

Nouvelle constitution pour Genève ?

Pourquoi une nouvelle constitution pour Genève ?

Pourquoi vous achetez-vous de nouvelles godasses quand celles que vous portez sont éculées ?

La réponse est la même aux deux questions !

Une constituante est une obligation collective de réussite ou une obligation de réussite collective. Ne laissons pas passer cette chance.

Albert Rodrik

09:13 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

20/05/2007

Faut-il ou non réviser la Constitution ?

 

La forme choisie par le Grand Conseil pour réviser la constituante, plus particulièrement le quorum d’entrée fixé à 3% au lieu des 7% requis pour le Grand Conseil, est une claire invitation à la société civile. Le secteur associatif en est une large part. La Fondation responsable de la Maison des associations formera d’ici le 28 juin une fédération associative pour entrer dans la constituante.

 

Deux raisons me semblent motiver la révision totale de la Constitution :

1) l’actuelle Constitution est un patchwork décousu par les âges, un toilettage ne peut donc qu’être bénéfique,

2) la constituante est l’occasion de revitaliser la vie citoyenne. Les partis politiques doivent donc ménager de la place à la société civile dans la future constituante, comme les députés du Grand Conseil se sont engagés à le faire le soir de l’acceptation du projet de révision. Un dialogue fructueux entre les cercles politiques habituels et les citoyens pourra ainsi avoir lieu.

 

Certains craignent la perte des acquis sociaux inscrits dans la Constitution, mais l’expérience dans les autres cantons prouve que cela n’a pas été le cas. Pour plus d’information concernant la fédération associative, vous êtes priés d’envoyer un mail à l’adresse suivante : vxavier1@hotmail.com.

 

 

 

Xavier Vollenweider

 

Vice-président de la Fondation pour l’expression associative

 

23:57 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/05/2007

Réécire la constitution, c'est sexy !

Réécrire la Constitution genevoise n’est a priori pas l’activité la plus sexy qu’on pourrait proposer au jeune étudiant que je suis. J’aurais pourtant tort de ne pas m’y intéresser et de ne pas inciter toutes les habitantes et habitants de Genève à le faire. La Constitution regroupe les règles essentielles et les principes fondamentaux de l’Etat moderne  Elle organise la vie de chacun en instituant les libertés et les autorités. Durant les quatre dernières décennies, 22 cantons ont procédés à une révision complète de leur Constitution, notamment pour les adapter à l’évolution des valeurs sociétales. Grâce une initiative de la société civile, Genève pourrait aussi connaitre cet heureux événement. D’ici la fin de l’année, nous seront appelés à se prononcer sur la création d’une assemblée constituante. Celle-ci consistera en un formidable laboratoire démocratique qui déterminera par exemple quelles places on attribuera au droit au logement, à l’intégration des migrants ou à la vie culturelle. En outre, la composition large de l’assemblée prévue par un quorum réduit à 3% permettra à de nombreuses voies de s’exprimer. Ainsi, la constituante apportera un bol d’air bienvenu à la politique genevoise et déterminera en grande partie la Genève de demain. Il serait donc dommage de s’y désintéresser et de continuer à vivre avec un texte fondamental vieux de plus d’un siècle et demi.

Boris Lachat

PS: un site internet est en construction pour notamment souligner l'importance de la nouvelle constitution pour le monde associatif et susciter le débat: www.constitutiongenevoise.ch

16:04 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook