24/06/2010

Urne électronique: la constitution l'évoque par défaut

203.31.a exercice des droits politiques.jpge-voting.jpg"L'urne électronique (e-voting) ne change rien à la pratique démocratie", explique Florian Irminger, rapporteur de la commission 2, revenu de sa mission humanitaire à Tbilissi. [Pour consulter le rapport, cliquer ici]

"Elle ne fait qu'ajouter un mode d'expression aux deux qui existent déjà et ne seront pas supprimés: le vote au local de vote et le vote par correspondance. Les constituant ont voulu rester sobre dans l'expression des thèses sur l'exercice des droits politiques. Il appartiendra au législateur de s'adapter aux révolutions que la technique nous promet pour dans 50 ou 100 ans" poursuit le jeune constituant.

Personne n'évoque les autres modes d'expression politique que rendenz désormais possible les technlogies de l'information et de la communication. Il n'est pas discuté non plus de la question de la récolte des signatures par voie électronique pour les initiatives, les référendums et les pétitions. On lira à ce sujet quelques réflexions ici.

Sur la démocratie électronique, il y a sans doute des expériences et des études qui ne demandent qu'à être connues. Faites en mention dans les commentaires ci-dessous.

Le débat dure sur la thèse 203.4 qui garantit aux handicapés l'exercice des droits politiques. La gauche manifeste sa contrariété de l'intention de la droite de renoncer à ces thèses déjà réalisées ailleurs plaide la droite. A n'en pas douter, la droite dans sa croisade d'éviter les doublons et d'atteindre son objectif d'une constitution light va, après les femmes, les syndicats, trouver cette fois les handicapés contre son projet de Constitution.

Détail des votes ici

Lire la suite

15:48 Publié dans 2 Droits politiques, Séances plénières | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : urne électronique | |  Facebook